Commerçants, artisans, entrepreneurs, On est là pour vous → communiquez local - en savoir plus
Insolite

Un bar à gel hydroalcoolique ouvre ses portes en France

02 juillet 2020 à 16h19 Par A.L.
Un Parisien vient de créer le premier bar pour gel hydroalcoolique en pleine épidémie de Covid-19.
Crédit photo : © Hervé Domar

Épidémie de Covid-19 oblige, le gel hydroalcoolique est devenu le meilleur allié des Français pour tenter d'éloigner le virus. Si bien qu'un opticien parisien a eu l'idée de diversifier son activité et de proposer le premier bar à gel hydrocalcoolique de l'Hexagone.

Opticien, bijoutier et parfumeur, Hervé Domar a eu l'idée du siècle : créer le premier bar pour gel hydroalcoolique en pleine épidémie de Covid-19. En effet, ce mercredi 1er juillet, ce Parisien a dévoilé sa nouvelle activité sur sa page Facebook. "Hervé Domar Paris vous propose désormais un BAR À GEL HYDROALCOOLIQUE PARFUMÉ dans nos boutiques du 40 et 48 rue Dauphine, 75006 Paris. Sélectionnez votre contenant préféré et parfumez votre gel avec l'un des nos 14 parfums emblématiques", a-t-il déclaré. "Pendant le confinement, en tant qu’opticiens, on était astreints à deux matinées par semaine", a ainsi expliqué le commerçant au Figaro. "Mais au bout de quelques jours, à force d’utiliser le gel hydroalcoolique qu’on s’était procuré en pharmacie, on avait les mains toutes collantes, asséchées et irritées. J’ai donc fait appel à un laboratoire, fournisseur des professionnels de santé. Leur solution n’est pas poisseuse, et pour l’adoucir encore, j’ai dilué dedans quelques unes de nos huiles essentielles", a-t-il continué.

Le Verveine-tilleul numéro 1

Résultat : "il y a des gens qui ne viennent que pour ça, une vingtaine par jour", lance Hervé Domar. Si trois systèmes différents sont proposés (goutte à goutte, pompe ou spray), les gels sont vendus de 3 euros les 50 ml à 20 euros le litre. La "carte des fragrances", qui vient de s’enrichir d’une quinzième senteur, fait néanmoins un carton grâce au parfum Verveine-tilleul, le plus demandé avant Ambre et encens. "Le jour où ce ne sera plus nécessaire, on arrêtera. Mais au moins, ça aura égayé cette période un peu maussade", affirme néanmoins le professionnel.