Commerçants, artisans, entrepreneurs, On est là pour vous → communiquez local - en savoir plus
Info locale

Un homme tasé prend feu lors d’une manifestation à Paris (VIDEO)

10 janvier 2018 à 10h29 Par Mikaël Livret
Crédit photo : Commons wikimedia

Elle ne fait surface que maintenant. Mais les faits remontent à 2013. Dans cette vidéo, on y voit une interpellation sur la place de la Nation, à Paris qui tourne mal. Un homme blessé et agité est "tasé" par un policier, mais au contact de la décharge électrique, le gaz lacrymogène a pris feu.

Quatre ans après les faits, la vidéo est publiée sur les réseaux sociaux. Ces images, très impressionnantes, proviennent de la "caméra-piéton" d'un policier qui a participé, en juillet 2013, à l'interpellation d'un homme sur la place de la Nation, à Paris. Visé par un coup de Taser du policier, il prend feu brusquement pendant quelques secondes. En cause, le mélange entre la décharge électrique du taser et le gaz lacrymogène, qui peut être inflammable. Les circonstances exactes de cette interpellation restent méconnues.

Sur les images, on y voit un fonctionnaire de police arrvié sur les lieux d’une manifestation. Au milieu d’un attroupement, aux abords du lycée Arago, la situation semble confuse. Le policier écarte une personne d’un groupe. Un échange tendu démarre alors entre l’agent et le jeune homme, blessé et agité.

À plusieurs reprises, il insulte le policier, qui lui ordonne de reculer. "Tase moi, tase moi !", insiste le blessé. "Non, non. Arrête-toi, arrête-toi", répond le policier qui repousse une nouvelle fois le jeune homme de la main alors qu'il s'approche.

C'est alors que l'homme, toujours agité, s'approche d'un autre policier. Il lui assène deux coups de matraque pour le faire reculer, sans succès. C’est alors que le policier qui porte la caméra lui tire dessus avec son Taser, et l'homme prend feu instantanément. Les flammes durent quelques secondes. Le policier se rue vers lui et s'écrie "Hey les gars, faut pas gazer ! Qui c'est qu'a gazé ?" L'homme, à terre, hurle jusqu'à la fin de la vidéo. "Je vais mourir", crie-t-il notamment.

Aucun policier n'a été mis en cause

Selon la préfecture de police, l'homme n'a pas été grièvement blessé. Les autorités ont confirmé qu'une enquête a été ouverte par l'Inspection générale de la police nationale (IGPN) mais, selon Buzzfeed, aucun policier n'a été mis en cause.

Ce n'était pas la première fois qu'une personne était brûlée par l'action combinée d'un Taser et de gaz lacrymogène. Six mois avant ces faits, un homme interpellé sur l'autoroute A13 alors qu'il tentait d'échapper à la douane a aussi pris feu après l'embrasement de gaz lacrymogène déclenché par un Taser.