Commerçants, artisans, entrepreneurs locaux, communiquez local -> en savoir plus
Info locale

Une femme est jugée pour le kidnapping d’un bébé à Sarcelles

06 juin 2018 à 10h47 Par Mikaël Livret
Crédit photo : Pixabay

Elle s’était déguisée en infirmière pour s’introduire discrètement dans la maternité en 2013 à Sarcelles (Val-d’Oise) avant de droguer la mère.

Rapt éclair. Ce 18 novembre 2013, Isabelle D. arpente les couloirs du service de maternité de l’hôpital privé nord parisien, à Sarcelles (Val-d’Oise). Elle passe inaperçue et pour cause, elle est vêtue d’une blouse d’infirmière. Derrière l’une des portes poussées, une jeune maman qui a accouché quatre jours plus tôt d’une petite fille. Dans son « rôle », la fausse infirmière prétexte devoir emmener le nouveau-né pour réaliser des soins. Elle n’oublie pas de droguer la jeune mère de famille avec 4 somnifères avant de quitter la pièce, le bébé dans les bras.

Sonné par les médicaments, la jeune femme est inquiète de ne pas voir revenir sa fille au bout de 30 minutes. Elle alerte le personnel de l’hôpital qui comprend très vite qu’il s’agit d’un enlèvement. La police est prévenu et se met alors à la recherche de la fillette et de sa ravisseuse.

Des faits commis avec préméditation, selon l’accusation.

Au même moment, une femme compose le 18 et explique avoir accouché près de la gare de Garges-Sarcelles. Les pompiers comprennent rapidement qu’il y a un problème et alertent les forces de l’ordre. Ils ne mettront pas de temps à interpeller Isabelle D. La ravisseuse, originaire de Garges est placée en garde à vue, et la petite fille de quatre jours a pu être remis à ses parents, saine et sauve.

La ravisseuse, aujourd’hui âgée de 33 ans, comparait devant la cour d’assises du Val-d’Oise à partir de ce mercredi matin. Un procès qui doit durer trois jours où elle devra répondre, d’enlèvement et séquestration de mineur, mais aussi d’administration de substance nuisible, pour avoir drogué la maman. Des faits commis avec préméditation, selon l’accusation.

L’accusée aura en face d’elle, sur le banc des parties civiles, les parents de la petite fille, qui ne se sont pas encore vraiment remis de cette soirée.