Commerçants, artisans, entrepreneurs locaux, communiquez local -> en savoir plus
Info locale

Val-de-Marne : elle accuse des policiers de l'avoir tabassée (vidéo)

26 décembre 2019 à 10h29 Par Mikaël Livret
La jeune femme qui a plusieurs hématomes et une dent cassée a déposé plainte auprès de l'IGPN.
Crédit photo : Capture Twitter - @Loopsidernews

Interpellée le 16 décembre dernier pour un accrochage avec un camion alors qu'elle était ivre, elle a déposé plainte auprès de l'Inspection générale de la police nationale.

Qu’est–il arrivé à Oriana ? Le visage tuméfié, une dent cassée et des points de sutures à la tête. La jeune femme de 30 ans assure avoir été frappé par des policiers lors de son interpellation le 16 décembre dernier.

Elle rentre alors de soirée lorsqu'elle a un accrochage avec un camion. Voyant qu'elle est alcoolisée, le conducteur appelle les secours. Les policiers lui demandent alors de souffler dans un éthylotest mais elle n'y arrive pas. C'est à ce moment que la situation aurait dégénéré selon elle. "Le policier m'a mis une balayette. Je suis tombée par terre. Par réflexe, pour me défendre j'ai donné un coup de pied. J'étais au sol et ils m'ont tabassé par terre, m'ont menotté, et ont continué à me frapper", explique-t-elle dans le Parisien.

Placée en garde à vue pour outrage et violence volontaire sur autorité de force publique, elle en est ressortie avec des hématomes multiples, une dent cassée et deux points de suture au crâne. 

De retour chez elle, elle prend des photos qui montrent des bleus sur tout le corps. La jeune femme de 30 ans a décidé de porter plainte. "Je reconnais que j'ai mis un coup de pied pour me défendre, que je les ai insultés pendant qu'ils me frappaient au sol, et que j'ai conduit alcoolisée, mais je me déclare victime. Je veux que justice soit faite", se justifie-t-elle dans une interview donnée à David Perrotin pour Loopsider.

Cinq policiers ont depuis déposé plainte pour "outrage à agent et violences sur personne dépositaire de l'autorité publique". L'un d'entre eux s'est vu prescrire deux jours d'ITT, indique la préfecture de police