Commerçants, artisans, entrepreneurs, On est là pour vous → communiquez local - en savoir plus
Info locale

Val-de-Marne : Noiseau vent debout contre la construction d'une prison

31 mai 2021 à 08h00 Par Mathieu Message
La construction d'une prison de 800 places pour 2027 met en colère les habitants de Noiseau.
Crédit photo : Facebook Yvan Femel

Une manifestation à Noiseau (Val-de-Marne) a eu lieu samedi 29 mai, pour s'opposer au projet de l'Etat d'implanter une prison dans la commune. La construction du centre, d'une capacité de 800 places, est prévue pour 2027.

Alors que le ministère de la Justice a confirmé le choix de Noiseau pour installer une deuxième maison d’arrêt dans le Val-de-Marne, les habitants de la commune ont décidé de passer à l’action pour dire "non" à ce projet sur la commune. Pour cela, une grande marche a été organisée ce samedi pour protester contre l'installation du centre pénitentiaire.

Désengorger la prison de Fresnes

Noiseau figure sur la carte des futures installations pénitentiaires, avec même 100 places de plus que ce qui avait été annoncé initialement. D’ici 2027, c’est donc une maison d’arrêt de 800 places qui devrait ouvrir dans cette commune du Val-de-Marne.

Le but est de désengorger la prison de Fresnes, mais pour le maire Yvan Femel (LR) le choix de la commune n’est pas adapté. C'est même un projet à contre-sens du point de vue écologique, selon lui : "Pour le gouvernement, faire cette prison ici veut dire qu'il y a de la surface disponible, être à proximité du tribunal de Créteil, et qu'il faut absolument construire cette prison dans le Val-de-Marne. Maintenant, si on se place du côté de Noiseau, il faut remarquer que cette prison va s'implanter sur des terres agricoles toujours en exploitation. Nous avons aussi un projet de création d'un agro-quartier, et l'installation de cette prison nous fait courir un risque important sur l'équilibre financier de cette ZAC."

Écouter le podcast

Au-delà des soucis écologiques, c’est aussi la réputation d’une ville qui peut être entachée avec la présence d’un centre pénitentiaire.

Une marche pour obtenir "une solution alternative"

Cette décision ne réjouit pas les habitants, qui souhaitent garder à la fois la tranquilité et le patrimoine agricole de leur commune.

Yvan Femel regrette, notamment, que le ministère de la Justice n’est pas pris en compte les inquiétudes de la population locale : "M.Dupond-Moretti m'a expliqué que l'État avait d'ores et déjà décidé, et je lui ai répondu que la population était très mécontente et que nous ferions une marche de protestation. Même si Noiseau est une petite ville, beaucoup de gens veulent trouver une solution alternative. Je pense qu'on peut se poser la question du choix du Val-de-Marne, là où certaines communes de province souhaitent avoir des prisons pour compenser des friches industrielles."

Écouter le podcast

De nombreux élus ont déclaré leur opposition à ce projet, notamment le président du département du Val-de-Marne, Christian Favier (PCF), son opposant et candidat aux Départementales Olivier Capitanio (LR), et le du président du territoire Laurent Cathala (PS).