Commerçants, artisans, entrepreneurs, On est là pour vous → communiquez local - en savoir plus
Info locale

Yvelines : Laurent, le professeur d‘histoire-géographie de Koh Lanta menacé de mort

05 novembre 2020 à 13h45 Par Bertrand Loppin
Laurent, le professeur d'histoire géographie, candidat du jeu télé.
Crédit photo : TF1

Laurent, candidat du jeu de TF1, a été visé par des messages lancés sur les réseaux sociaux menaçant de le décapiter. L’auteur de ces messages est un ingénieur âgé de 30 ans. Il a été interpellé aux Clayes-sous-Bois.

Participer à un jeu télé peut parfois vous exposer à la vindicte d'individu perturbé. C’est la mésaventure qui vient d'arriver à Laurent, candidat de Koh Lanta diffusé sur TF1. L’affaire a débuté lundi 2 novembre. Laurent, est en train de mettre sur YouTube une vidéo rendant hommage à Samuel Paty. Laurent est lui-même professeur d'histoire-géographie. Il reçoit dans le même temps un message d'insultes et de menaces posté sur Instagram. Très rapidement, Laurent s’aperçoit que l’auteur du message a supprimé son compte. Il le retrouve alors sur Facebook. Une discussion houleuse s’engage et se termine par le message suivant : « Je vais te décapiter, c'est un truc de prof d'histoire. ». L’individu menace également de s’en prendre à sa famille.

Dès le lendemain, Laurent va porter plainte. L’auteur des messages de menaces est rapidement identifié grâce à son adresse IP. Il s’agit d'un ingénieur au chômage âgé de 39 ans, de nationalité française et vivant aux Clayes-sous-Bois dans les Yvelines. L’homme est interpellé mardi en fin de journée au domicile de ses parents. Il est placé en garde à vue. Très rapidement, il passe aux aveux et déclare regretter ses propos. Il évoque une dispute avec Laurent. Il serait en désaccord sur la stratégie que ce dernier a suivi dans le déroulement du jeu télé. Il précise également qu’il a besoin de se faire soigner et explique qu’il a déjà fait appel à un psychologue alors qu’il était victime de harcèlement au travail. Le parquet de Versailles a décidé de prolonger de 24 heures sa garde à vue avant de statuer sur son sort.