Commerçants, artisans, entrepreneurs locaux, communiquez local -> en savoir plus
Info locale

Yvelines : un ex-policier est jugé pour avoir abattu sa compagne

28 mai 2018 à 09h32 Par Mikaël Livret
Crédit photo : Commons wikimedia

L’homme de 28 ans comparaît devant la cour d’assises des Yvelines pour avoir tiré une balle dans la tête de sa compagne en 2011, à Carrières-sous-Poissy. S’il assure qu’il s’agissait d’un accident, la justice est plus mesurée.

Simple accident ou geste volontaire ? C’est à cette question que les jurés de la cour d’assises des Yvelines devront répondre à partir de ce lundi. Dans le box des accusés, Michel G., 28 ans. Cet ex policier comparait pour le meurtre de sa compagne, Mylène A., 22 ans au moment du drame en 2011 à Carrières-sous-Poissy (Yvelines)

Sept ans après le drame, l’accusé plaide toujours l’accident. Ce soir du 16 octobre 2011, un jeu idiot aurait viré au drame, selon les déclarations du fonctionnaire, alors en poste comme policier stagiaire au dépôt du tribunal de Nanterre (Hauts-de-Seine). Michel aurait joué au jeu du « clic », visant sa compagne avec son arme pour « rigoler », pensant qu’elle n’était pas chargée. Sauf qu’il a oublié une balle dans la chambre du pistolet. Le coup part. Il appelle alors les pompiers, deux fois, déclarant à l’époque : « J’ai fait une connerie. J’ai joué avec mon arme, je suis policier et j’ai tiré dans la tête de ma copine… ». Lorsque les secours arrivent dans l’appartement du couple, c’est déjà trop tard. Mylène est décédée d’une balle dans la tête.

Michel G. n’est jamais allé en prison

Un grain de sable est venu par la suite entailler les déclarations du suspect. Selon sa belle famille, la jeune femme de 22 ans avait prévu de le quitter. Après expertise des échanges téléphonique du couple, Mylène projetait de refaire sa vie sentimentale loin de la région parisienne.

Michel G. n’est jamais allé en prison depuis le début de cette affaire. Il travaille aujourd'hui dans l’Est de la France comme chauffeur de bus. Le verdict est attendu le jeudi 31 mai. Il encourt la réclusion criminelle à perpétuité.