Un RER va être raccourci en Ile-de-France

Commons wikimedia
15 décembre 2017
Par Mikaël Livret
Ile-de-France Mobilités espère ainsi améliorer la ponctualité de la ligne D. La principale nouveauté sera visible dès le mois de décembre 2018 avec la séparation au sud des branches « Malhesherbes », « Vallée » et « Littoral » du reste de la ligne.

Mesure inédite. Depuis la création des lignes de RER, jamais l’une d’entre elle n’avait vu son périmètre diminuer. Le conseil d’administration d’Ile-de-France Mobilités (IDFM) a validé le «service annuel 2019 » du RER D.

La principale nouveauté, qui entrera en vigueur en décembre 2018, c’est la séparation des branches «Malhesherbes », « Vallée » et « Littoral », au sud, du reste de la ligne, ces axes les moins fréquentés avec 9 000 voyageurs par jour mais aussi les moins ponctuels. Concrètement pour les usagers cela signifie que pour aller à Paris, ils devront obligatoirement changer de train à Juvisy-sur-Orge ou à Corbeil-Essonnes (Essonne).

Améliorer le reste de la ligne

Une perspective qui passe mal auprès des premiers concernés dans le sud de l’Essonne, qui ont multiplié ces derniers mois les manifestations, courriers et pétitions pour que la SNCF et IDFM abandonnent ce projet.

Mais l’objectif est clair : améliorer le reste de la ligne, bien plus fréquenté. Pour les 610 000 autres usagers du RER D, cela devrait se traduire par une nette amélioration de la ponctualité, avec la promesse de 25% de retards en moins, deux fois plus de trains vers Paris depuis la branche du «Plateau » (entre Corbeil et Juvisy) et le renfort de trois trains «Melun-Sénart Express », soit 7 500 places supplémentaires sur l’axe le plus chargé de la ligne, entre 7 heures et 8 heures.

« Les deux tiers ne vont pas au-delà de Corbeil et Juvisy »

Et pour les 9 000 usagers quotidiens des branches « découpées », cette nouvelle offre apportera du mieux, promettent la SNCF et IDFM. D’abord, parce que les deux tiers d’entre eux ne vont pas au-delà de Corbeil et Juvisy et qu’ils continueront donc de bénéficier d’une liaison directe, assurée par des trains de dernière génération, les Regio 2N. Par ailleurs, la SNCF s’est engagée à assurer des places assises et une correspondance «quai à quai » à Corbeil et Juvisy, enfin au moins en heure de pointe.