30 Millions d’Amis attaque la SNCF après l'écrasement d'un chat, gare Montparnasse

Neko est mort écrasé par un train en gare Montparnasse, sous les yeux de ses propriétaires.
Neko est mort écrasé par un train en gare Montparnasse, sous les yeux de ses propriétaires.
Crédit: Twitter/@30millionsdamis

23 janvier 2023 à 17h10 par Mathieu Message

Après la fuite de leur chat sur les rails à la gare Montparnasse (15e arrondissement), une femme et sa fille ont alerté les agents de la SNCF. Aucune intervention n'a été lancée afin de récupérer leur animal, le train ayant été autorisé à partir. Le chat Neko est mort écrasé.

Le 2 janvier 2023, alors qu’elles attendaient à la gare Montparnasse (15e arrondissment de Paris), une mère et sa fille voient leur chat Neko s'échapper d'un sac de transport pour se retrouver sur les voies, sous un TGV à l’arrêt. Pendant 20 minutes, elles ont demandé aux contrôleurs d’empêcher le départ du train, espérant pouvoir sauver le chat. La procédure étant compliquée, le train a été autorisé à partir et le pauvre Neko n’a pas survécu. Les propriétaires, dévastées, se sont rapprochées de la fondation 30 millions d’amis, qui porte plainte pour actes de cruauté contre la SNCF.

 

"Ce n'est qu'un chat"

Les deux femmes et la fondation 30 millions d'amis considèrent que les agents ont fait preuve d’un manque d’empathie en laissant partir le train sachant qu’un chat se trouvait sur les rails. Selon l'une des propriétaires, les agents SNCF auraient d'abord répondu d'une manière assez choquante : « Ce n’est qu’un chat, et vous auriez dû le garder en laisse »

Après avoir laissé le train prendre son départ, la société ferroviaire a proposé en guise de compensation… un billet gratuit pour rejoindre Bordeaux ! Suite aux nombreuses réactions sur les réseaux sociaux, la SNCF s'est exprimée sur l'affaire, en se défendant de tout acte de cruauté :

« Il est extrêmement dangereux de descendre sur les voies car elles sont électrifiées. En parallèle, il y a des trains qui passent sur les voies. On peut chuter ou encore se blesser. En plus ce jour-là, c’était le retour des vacances donc il y avait beaucoup de monde dans la gare. On ne pouvait pas arrêter la circulation aussi facilement ».

Une plainte déposée contre la SNCF

Jugeant l’affaire scandaleuse, la Fondation 30 Millions d’amis a décidé de porter plainte contre la SNCF pour « sévices graves et actes de cruauté ayant entraîné la mort d’un animal ».

Reha Hutin, présidente de la Fondation 30 Millions d’Amis, appuie cette démarche en déclarant : « Au-delà de la cruauté abominable des faits, l’animal était en règle puisque ses maîtresses s’étaient acquittées d’un billet pour qu’il puisse voyager en toute légalité. C’est donc un passager de la SNCF qui a été sciemment écrasé ! »

Pour rappel, l’article 521-1 du Code pénal sanctionne jusqu’à 75 000 euros d’amende et 5 ans d’emprisonnement les sévices contre les animaux qui ont entraîné leur mort.