Attentats du 13 novembre : le procès suspendu jusqu'au 1er mars

VOLTAGE
Le ministre de la Justice est sous le coup d'une enquête de la commission d'instruction de la Cour d
Crédit: Pixabay - photo d'illustration

22 février 2022 à 14h20 par Iris Mazzacurati

Le procès des attaques du 13 novembre à Paris a été de nouveau suspendu mardi jusqu'au 1er mars en raison de deux nouveaux cas de Covid-19 parmi les accusés.

"L'audience est reprise mais elle est reprise de façon expéditive car nous avons deux accusés touchés par le Covid", a annoncé le président de la cour d'assises spéciale Jean-Louis Périès.

Les deux nouveaux accusés testés positifs au Covid-19 sont le Tunisien Sofien Ayari et le Belgo-Marocain Mohamed Bakkali.

"J'ai pris attache avec l'administration pénitentiaire pour comprendre comment les accusés ont pu être contaminés", a indiqué M. Périès en rappelant que "moins de 50 détenus sur 13 000" sont infectés par le virus dans les prisons d'Ile-de-France.

Un procès perturbé par le Covid

"Si tout se passe bien", a précisé M. Périès, l'audience reprendra mardi prochain avec l'audition des enquêteurs belges, dans l'ordre qui était prévu cette semaine.

Début janvier, déjà, le procès avait été suspendu après que le principal accusé, Salah Abdeslam, eut été testé positif au coronavirus. 

L'audience avait repris le 11 janvier puis avait à nouveau été renvoyée le 18 janvier, après le test positif d'Ali El Haddad Asufi, lui aussi détenu. Les débats avaient recommencé le 25 janvier, avant d'être interrompus le 15 février après le test positif du Belgo-Marocain Mohamed Amri et de l'Algérien Adel Haddadi.

Après une première phase d'interrogatoires des accusés, pendant près d'un mois, l'audience devait normalement reprendre ce mardi avec de nouvelles auditions d'enquêteurs.

 

(Avec AFP)