Compiègne : deux policiers blessés, pris à partie par une quinzaine d'individus

Deux policiers blessés à Compiègne
Les policiers ont été agressés par une quinzaine d'individus ce jeudi soir.
Crédit: CC0

17 décembre 2021 à 12h02 par Lucas Pierre

Deux policiers ont été blessés à Compiègne, dans l’Oise, ce jeudi 16 décembre au soir. Les faits se sont produits dans un quartier sujet au trafic de stupéfiants selon l’AFP auprès de la procureure de la République. Plusieurs individus ont été interpellés.

Deux policiers ont été blessés jeudi soir à Compiègne (Oise) après avoir été pris à partie par une quinzaine de personnes dans un quartier connu pour accueillir du trafic de stupéfiants, a-t-on appris vendredi auprès de la procureure de la République. Quelques heures plus tard, au même endroit, une voiture a par ailleurs roulé en direction d'un CRS arrivé en renfort, qui a fait usage de son arme à une reprise, a-t-elle aussi souligné.

Les faits débutent vers 22h30, quand « une quinzaine d'individus habillés en noir » s'approchent d'un véhicule de police occupé par trois policiers et « commencent à frapper la carrosserie », a expliqué à l’AFP la procureure Marie-Céline Lawrysz. Un policier jette alors une grenade lacrymogène, mais celle-ci est renvoyée par un agresseur dans l'habitacle, a-t-elle poursuivi. L'impact brûle à la cuisse un agent de police, à qui ont été prescrits 6 jours d’ITT. Les policiers parviennent à s'extirper du véhicule, dans lequel le gaz se propage, mais une policière se blesse à la cheville dans l'action, entraînant une ITT d'un mois.

Selon Mme Lawrysz, les individus se ruent alors sur le véhicule vide et le dégradent, notamment en brisant les vitres avec des barres de fer. Appelés en renfort sur les lieux, des CRS tentent quelques heures plus tard de contrôler trois véhicules, qui prennent la fuite. L'un d'eux fonce en direction d'un policier, qui fait usage de son arme à une reprise. Le véhicule sera retrouvé sans occupant. Les conducteurs des deux autres véhicules ont été interpellés. Les faits se sont déroulés au Clos des Roses, quartier connu pour son trafic de stupéfiants, en particulier de crack et d’héroïne. 

 

(Avec AFP)