Crash évité d’un vol New-York - Paris : l’enquête met en cause la manoeuvre des pilotes

Crash évité d’un New-York - Paris : l’enquête met en cause la manoeuvre des pilotes
L'avion de la compagnie Air France avait manqué de se crasher à l'atterrissage.
Crédit: CC0

28 avril 2022 à 14h20 par Lucas Pierre avec AFP

Le Bureau d’Enquêtes et d’Analyses (BEA) publie ses premières conclusions dans l’enquête sur un drame évité de justesse au début du mois. Un avion de la compagnie Air France en provenance de New-York a manqué de se crasher suite à un dysfonctionnement technique selon les pilotes. Une hypothèse rejetée par le BEA qui pointe du doigt la responsabilité des pilotes.

L'enquête ouverte sur les causes de l’« incident grave », début avril, d'un Boeing 777 d'Air France en phase d'atterrissage à Roissy pointe vers une responsabilité des pilotes, selon un point sur les investigations diffusé mercredi par le Bureau d'enquêtes et d'analyses (BEA). A l'approche de l'aéroport parisien le 4 avril, l'équipage du vol AF011 New York-Paris avait effectué une remise de gaz alors qu'il s'apprêtait à se poser. L'avion, avec à son bord 177 passagers et 15 membres d'équipage, avait finalement atterri sans encombre après une seconde approche. « On a remis les gaz donc, problème de commandes de vol, l'avion a fait à peu près n'importe quoi », avait expliqué le pilote à la tour de contrôle, selon des extraits audio des échanges entre le cockpit et la tour mis en ligne sur internet.

L'analyse des boîtes noires contenant l'enregistrement des données du vol (FDR) et des conversations dans le cockpit (CVR) semble écarter tout problème technique. « Aucune alarme de dysfonctionnement n'a été déclenchée lors de l'événement. Aucune anomalie n’a été constatée sur l’avion », affirme le BEA. Toute l'action s'est déroulée en moins d'une minute, détaille le bureau d'enquêtes. Alors qu'il se trouvait à 340 mètres d'altitude, une perception différente de la situation entre le commandant de bord et le copilote les a poussés à interrompre la descente et à remettre les gaz.

Désynchronisation des commandes

Cela ne semblait pas justifié car « jusqu'à la remise des gaz, la trajectoire est restée dans les critères de stabilisation de l’exploitant », selon le BEA. L’« assiette », c'est-à-dire l'angle de remontée, a ensuite été trop importante pour ce type de manoeuvre, estime-t-il. Cela a entraîné une désynchronisation des commandes de tangage - qui permettent de déterminer l'angle de l'assiette - « en raison d'efforts opposés » : « Le commandant de bord maintient la commande de tangage légèrement à piquer pendant que le copilote applique à plusieurs reprises des actions plus marquées à cabrer. »

Une fois stabilisée, l'équipage « analyse la situation, sans avoir perçu les actions antagonistes sur les commandes », ajoute le BEA. Sollicité par l'AFP, Air France a affirmé qu’il « continue d'apporter sa pleine collaboration à l’enquête ». La compagnie « rappelle que la procédure de remise de gaz est définie par les constructeurs aéronautiques et Air France comme une procédure normale, qui va dans le sens de la sécurité ». « Les équipages sont formés et régulièrement entraînés à ces procédures pratiquées par l'ensemble des compagnies aériennes », ajoute-t-elle, rappelant « que la sécurité des vols, de ses clients et de ses équipages est un impératif absolu ».