Disparition d’Émile : le point sur l’enquête ce jeudi 13 juillet

13 juillet 2023 à 12h36 par Alicia Méchin

Disparition d’Émile : le point sur l’enquête ce jeudi 13 juillet
(Image d'illustration) Les gendarmes mobilisés pour retrouver Émile.
Crédit: NICOLAS TUCAT / AFP

Le petit Émile, disparu samedi 8 juillet au Vernet dans les Alpes-de-Haute-Provence, est toujours introuvable ce jeudi 13 juillet. L’enquête se poursuit. Un dernier ratissage est organisé.

Malgré d’importants moyens mobilisés, l’enfant âgé de 2 ans et demi reste introuvable ce jeudi 13 juillet. Un dernier ratissage était organisé ce matin, mobilisant une cinquantaine de gendarmes de Gap. Ces recherches se concentrent entre le hameau du Haut-Vernet et le village du Vernet. À noter qu’un arrêté municipal a été pris pour fermer l’accès du village au public. Cet arrêté devrait être reconduit ce week-end.

Les enquêteurs se concentrent par ailleurs sur les éléments récoltés ces derniers jours. L’enfant a été aperçu pour la dernière fois samedi, vers 17h15. Il était seul, dans le village. On a par ailleurs appris qu’une réunion familiale se tenait dans la maison des grands-parents d’Émile, au moment de la disparition. Des oncles et tantes du petit garçon étaient présents, mais pas ses parents.

 

Famille très croyante

 

Depuis la disparition du garçon, les habitants du village ont tous été entendus. Les 30 bâtiments qui composent le hameau ont été fouillés. Les données mobiles sont également étudiées. Des traces de sang avaient par ailleurs été découvertes sur une voiture, mais les analyses ont révélé qu’il s’agissait d’hémoglobine animale.

Le profil de la famille a également été analysé par les enquêteurs. Originaire de la Bouilladisse près de Marseille, elle est décrite par des proches, selon La Provence, comme « très croyante », pratiquante. La mère d’Émile est notamment issue d’une fratrie de neuf frères et sœurs. Tous les enfants ont été scolarisés à domicile.

Ce jeudi 13 juillet, les auditions se poursuivent. Le procureur de la République a indiqué que les opérations de ratissages se termineraient au plus tard ce matin. Une seconde phase de l'enquête débute, selon le procureur, "l'analyse de la masse considérable des informations et éléments collectés depuis quatre jours".