Des milliers de baptêmes invalidés pour un mot de travers

baptême
baptême
Crédit: CC0 - Image d'illustration

16 février 2022 à 11h10 par Iris Mazzacurati

L'âme de milliers de fidèles catholiques d'une paroisse de Phoenix, en Arizona, est potentiellement en danger : le prêtre qui les a baptisés s'est trompé d'un seul mot en prononçant la formule rituelle. Conséquence : leur baptême n'est pas valide.

Plutôt que : "Je vous baptise au nom du Père et du Fils et du Saint-Esprit", le père Andres Arango disait "Nous vous baptisons...", a expliqué dans une lettre à ses ouailles l'évêque de Phoenix, Thomas Olmsted.

"Le problème avec l'utilisation de "nous" est que ce n'est pas la communauté qui baptise une personne, mais le Christ et lui seul", insiste Mgr Olmsted.

En conséquence, toutes les personnes dont le baptême a été célébré avec cette formule liturgique erronée doivent impérativement être baptisées à nouveau pour rester dans le giron de l'Eglise.

Pire encore, les autres sacrements qui découlent du baptême, comme le mariage ou même la capacité à recevoir l'Eucharistie, pourraient aussi être remis en cause par cette erreur de formulation.

Depuis 1995

L'erreur a été commise par le père Arango aussi bien en anglais qu'en espagnol et durait vraisemblablement depuis l'ordination de ce prêtre en 1995. Elle n'a été détectée qu'en juin dernier.

Le père Arango avait commencé à officier au Brésil puis à San Diego (Californie) avant d'être affecté au diocèse de Phoenix en 2005.

Il a récemment démissionné de la paroisse dont il avait la charge à Phoenix, mais n'a pas pour autant renoncé à sa vocation. "Je regrette profondément mon erreur et l'impact qu'elle a eu pour de nombreuses personnes dans notre paroisse et ailleurs. Avec l'aide du Saint-Esprit et en communion avec le diocèse de Phoenix, je vais consacrer mon énergie et mon plein ministère à y remédier", a écrit le père Arango dans un communiqué.

D'autres que lui ont commis la même erreur de formulation ailleurs aux Etats-Unis.

En août 2020, un jeune prêtre américain du Michigan s'était ainsi fait rebaptiser en toute hâte après s'être rendu compte, en visionnant une vidéo familiale de son baptême, que la formule liturgique n'était pas conforme.

 

(Avec AFP)