Carburant, timbres... : quels changements au 1er janvier 2023 ?

Carburant, timbres... : quels changements au 1er janvier 2023 ?
La ristourne gouvernementale sur le carburant va prendre fin.
Crédit: CC0 - Image d'illustration

30 décembre 2022 à 8h30 par Lucas Pierre

2023 arrive à grands pas, et avec elle, son lot de nouveautés. On fait un tour d’horizon de tous les changements à noter pour la prochaine année.

C’est reparti pour un tour. Alors que l’année 2022 touche à sa fin, 2023 pointe, logiquement, le bout de son nez. Avec elle, plusieurs changements notoires en France, entre revalorisation du PEL, indemnité carburant ou encore des mesures pour encadrer le démarchage commercial. Mais avant de revenir sur ces quelques nouveautés, arrêtons nous d’abord sur le Smic.

Car c’est désormais une habitude : le salaire mensuel minimum va connaître une augmentation automatique à compter du 1er janvier 2023. Revalorisation qui prend en compte l’inflation (5,6% sur l’année selon les chiffres de l’Insee). Le Smic brut va donc s’établir, pour ce début d’année 2023, à 1709 euros et 1353 euros net par mois. Comptez ainsi une hausse de 24 euros. Notez que le Smic horaire augmente, lui aussi, à hauteur de 11,27 euros de l’heure.

Une nouvelle indemnité carburant

Autre mesure visant à protéger le pouvoir d’achat des Français : une nouvelle indemnité carburant va être déployée par le gouvernement dès le 1er janvier 2023. Ce nouveau coup de pouce, d’une valeur de 100 euros, concerne toute personne ayant recours à son véhicule pour ses trajets domicile-travail, « soit environ 50% des ménages » d’après les estimations de la Première ministre, Elisabeth Borne. Plus précisément, cette indemnité sera versée en une seule fois pour l’ensemble de l’année 2023. Alors quelle démarche suivre pour en bénéficier ? « Vous allez sur le site des impôts, vous rentrez votre numéro fiscal, votre plaque d’immatriculation, vous faites une déclaration sur l’honneur en disant que vous avez besoin de votre voiture pour aller travail et vous recevrez directement 100 euros pour votre compte en banque » a expliqué Elisabeth Borne.

Hausse du prix du Pass Navigo

C’est une mesure qui a beaucoup fait parler ces derniers mois : le prix de l’abonnement du Pass Navigo va augmenter à partir du 1er janvier 2023. De 75,2 euros mensuel, s’établira désormais à 84,1 euro. Un temps évoqué, l’augmentation à 90 euros par mois a été évitée en partie grâce à l’aide de 200 millions d’euros apportée par le gouvernent auprès d’Île-de-France Mobilités.

Au-delà du Pass Navigo, le prix du ticket de métro unitaire va lui connaître une hausse. Il faudra désormais débourser 2,3 euros au lieu des 1,9 euros habituels. Le carnet de ticket vous coûtera quant à lui 20,30 euros, contre 16,90 euros auparavant.

Un prêt à taux zéro pour acheter un véhicule propre

Aider les Français à acheter un véhicule propre. C’est la volonté du gouvernement qui met en place, dès ce 1er janvier 2023, un prêt à taux zéro pour acheter un véhicule « électrique ou hybride » selon le site service-public.fr. Cette expérimentation, qui doit durer deux ans, sera déployée dans les Zones à Faibles Émissions (ZFE) et réservée à ses habitants et les micro-entreprises. Celles étant installées « dans une intercommunalité limitrophe » d’une ZFE y seront aussi éligibles.

Toujours d’après le site gouvernemental, « ce prêt est accordé pour l’achat de véhicules d’une valeur maximum de 45 000 euros pour une voiture, ou 60 000 euros pour une camionnette d’un poids total maximum en charge de 2,6 tonnes, dont l’émission de CO2 est inférieure à 50 grammes par kilomètre ».

Le covoiturage courte distance récompensé

Le gouvernement ambitionne d’atteindre trois millions de trajets de covoiturage par jour d’ici 2027, contre 900 000 aujourd’hui. Pour ça, un vaste plan national « covoiturage du quotidien » est lancé. Il prévoit notamment une prime de 100 euros, dès ce 1er janvier 2023, pour les primo-conducteurs. « Les conducteurs qui se lancent dans le covoiturage courte-distance recevront une prime de 100 euros via la plateforme de covoiturage sur laquelle les trajets sont réalisés, sous la forme d’un versement progressif » peut-on ainsi lire sur le site service-public.fr.

Le premier versement sera de 25 euros, effectué « au plus tard trois mois après le premier trajet de covoiturage ». « Un second versement de 75 euros (sera) effectué au plus tard trois mois après la réalisation du 10e trajet de covoiturage » explique le site. BlaBlaCar Daily, Coopgo, Ecov, La roue verte, Mobicoop, Karos, Klaxit et Ynstant seront les opérateurs éligibles à l’opération.

Nouvelle carte familles nombreuses

Toujours en ce qui concerne vos déplacements : à compter de ce 1er janvier 2023, le gouvernement met en place une nouvelle carte familles nombreuses. Elle concerne les familles comprenant au moins trois enfants de moins de 18 ans et vous permet d’obtenir des réductions sur certains voyages en train. Les entreprises partenaires des sociétés de transport pourront aussi vous accorder quelques avantages.

Pour faire cette demande, il faudra attendre le 2 janvier prochain et se rendre sur le portail créé spécialement par le gouvernement. Pour les frais de dossier, comptez 18 euros.

Les emballages jetables dans les fast-food, c’est terminé !

La mesure avait été votée en 2020. Dès ce 1er janvier 2023, la loi relative à la lutte contre le gaspillage et à l’économie circulaire vient s’imposer dans les fast-food. Avec elle : l’interdiction pour ces établissements de restauration rapide d’avoir recours à des emballages jetables quand vous consommez sur place. Gobelets, couvercles, assiettes et récipients ou couvercles seront concernés. Pour y palier, les restaurants devront désormais avoir recours à de la vaisselle réutilisable.

Les passoires thermiques interdites à la location

Autre mesure pour lutter contre la crise climatique : les logements considérés comme des passoires thermiques - dont la consommation énergétique dépasse les 450 kWh/m2 par an - ne pourront plus être proposés à la location à compter de ce 1er janvier 2023 d’après la loi Climat et Résilience. 5,2 millions de résidences principales seraient concernées selon les chiffres de l’Observatoire national de la rénovation énergétique. À noter que les meublés touristiques seront soumis au même règlement.

Ne vous attachez pas trop au timbre rouge…

Vous avez l’habitude d’envoyer du courrier ? Alors il va falloir prendre un nouveau réflexe ! Dès ce 1er janvier 2023, le timbre rouge disparaît, au profit d’une « e-lettre ». Dématérialisé, ce courrier sera à remettre avant 20h à La Poste, via leur site, avant que le service ne l’imprime et le remette au destinataire. Pour ce qui est des courriers marqués d’un timbre vert, ils ne seront plus distribués en deux jours, mais en trois jours.

Hausse du taux de rémunération du PEL

Une bonne nouvelle pour les futurs propriétaires d’un PEL. Le taux de rémunération du Plan d’Épargne Logement va doubler au 1er janvier 2023 d’après un communiqué du ministère de l’Économie. Si on évoque ici « les futurs propriétaires », c’est que cette hausse - de 1 à 2% - concernera uniquement les « PEL nouvellement ouverts en 2023 ».

Gratuité des préservatifs pour les moins de 26 ans

Certains évoquent une petite révolution de prévention. Déjà gratuits pour les mineurs dans certaines associations et dans les centres de dépistage, les préservatifs le seront, dès le 1er janvier 2023, aussi pour les personnes âgées de moins de 26 ans, en pharmacie.

De nouvelles règles pour encadrer le démarchage commercial

C’est une plaie qu’on connaît tous très bien : le démarchage commercial par téléphone sera un peu plus encadré à compter du 1er janvier 2023. Jusqu’ici légale, la pratique ne pourra plus être menée depuis des numéros commençant par 06 ou 07. Les plateformes auront obligation de recourir à des numéros débutant par 09 37, 09 38 ou 09 39.

Fin du broyage des poussins mâles

Enfin, on termine avec une mesure allant dans le sens de la défense des animaux. Dès ce 1er janvier 2023, les couvoirs français auront interdiction de broyer les poussins mâles, pratique qui tuait 45 millions de poussins chaque année, jugés inutiles dans la filière. Dans les faits, cette mesure était entrée en vigueur au mois de février dernier, mais un délai avait été laissé aux couvoirs pour adapter leurs pratiques.