Commerçants, artisans, entrepreneurs, On est là pour vous → communiquez local - en savoir plus
Info locale

Attaque de policiers à coup de marteau : ouverture du procès de Farid Ikken

12 octobre 2020 à 14h30 Par Bertrand Loppin
Farid Ikken a agressé un policier à coup de marteu le 6 juin 2017 sur le parvis de la cathédrale Notre-Dame de Paris.
Crédit photo : Pxhere

Il avait attaqué un policier à coup de marteau sur le parvis de la cathédrale Notre-Dame de Paris. Farid Ikken comparait aujourd’hui devant la cour d‘assises spéciale de Paris, un terroriste au profil atypique.

Alors que le procès des attentats de janvier 2015 se poursuit, un autre procès pour un acte terroriste s’ouvre aujourd’hui devant la cour d‘assises spéciale de Paris. Farid Ikken va devoir répondre de ses actes devant la justice. Le 6 juin 2017, alors qu’il déambule sur le parvis de la cathédrale Notre-Dame de Paris, il s‘avance vers trois policiers et agresse l’un d‘entre eux à coup de marteau tout en criant, « C’est pour la Syrie ». Le policier agressé est légèrement blessé à la tête. Un de ses collègues ouvrent le feu et le blessent au thorax. A son domicile à Cergy-Pontoise dans le Val-d’Oise, les enquêteurs trouveront une vidéo enregistrée à l’aide d‘un appareil photo dans laquelle il prête allégeance à l’Etat islamique. Ils découvriront également, dans le sac à pos qu’il portait avec lui, un ordinateur et des clés USB remplis de propagande djihadiste.

Mais, ce qui étonne dans cette affaire, c’est le profil de Farid Ikken, un profil atypique par rapport aux parcours de djihadistes classiques. Farid Ikken a 43 ans. Il est né en Algérie. Il a passé dix ans en suède où il a passé un diplôme universitaire de journaliste et où il a exercé cette profession. Il va ensuite revenir en Algérie pour poursuivre sa carrière de journaliste. En 2014, il s’installe en France. à Metz et s’inscrit en doctorat de Sciences de l’information et de la communication.

Farid Ikken a réfuté avoir eu l’intention de tuer. Il se présente comme un « moudjahidin ». Il explique avoir voulu attirer l’attention sur la situation en Syrie et en Irak et dénoncer l’intervention de l’armée française sur ce terrain. Il n’avait jamais fait parler de lui. Son casier judiciaire était vierge. Farid Ikken encourt la réclusion criminelle à perpétuité. Le verdict est attenu pour ce mercredi 14 octobre.