Commerçants, artisans, entrepreneurs, On est là pour vous → communiquez local - en savoir plus
Info générale

Covid-19 : 40 millions de masques gratuits pour les Français les plus démunis

23 juillet 2020 à 09h14 Par Iris Mazzacurati avec AFP
Olivier Véran, le ministre de la Santé, promet 40 millions de masques grand public lavables, utilisables 30 fois.
Crédit photo : Bertrand Guay / AFP

Le gouvernement va envoyer gratuitement 40 millions de masques grand public lavables aux 7 millions de Français les plus pauvres, a annoncé le ministre de la Santé Olivier Véran mercredi sur France 2.

 "Il est évident que la France ne laissera pas des personnes dans l'incapacité de s'équiper en masques", a-t-il assuré, alors que le port du masque est obligatoire dans les lieux publics clos depuis lundi pour enrayer une reprise de l'épidémie de coronavirus, et pourra même valoir une amende de 135 euros en cas d'infraction.

"Nous allons envoyer 40 millions de masques grand public lavables, utilisables 30 fois, de manière à fournir 7 millions de Français qui sont au niveau du seuil de pauvreté - bénéficiaires de la complémentaire santé solidaire -, de manière à ne leur demander aucune démarche", a-t-il détaillé.

"Nous passons un contrat avec la Poste qui s'est engagée à envoyer d'ici quelques jours seulement ces masques gratuits, pour une protection de trois mois", a-t-il poursuivi. 

"Par ailleurs, l'assurance maladie remboursera à 100% les masques chirurgicaux pour 2 millions de Français qui sont porteurs de vulnérabilité", précise le ministre.

L'association de consommateurs CLCV avait pointé lundi un problème de "surcoût pour les populations précaires".

Le ministre a en outre indiqué que "d'éventuelles mesures supplémentaires" pour renforcer les contrôles aux frontières pourraient être prises vendredi lors du nouveau Conseil de défense sur la crise du Covid-19.

Interrogé sur les délais d'attente pour se faire tester, il a également indiqué avoir signé ce matin un arrêté permettant aux techniciens de laboratoire mais aussi "aux aide-soignants, aux étudiants en santé et même aux secouristes" de pouvoir réaliser les tests alors que les laboratoires manquent de bras.