Commerçants, artisans, entrepreneurs locaux, communiquez local -> en savoir plus
Insolite

Covid-19 : une île paradisiaque réservée aux personnes ayant déjà contracté le virus

29 août 2020 à 20h45 Par Aurélie AMCN
Si vous n'avez pas eu le Covid-19, vous n'êtes pas le bienvenu à Fernando de Noronha !
Crédit photo : Fernando de Noronha Instagram

Pour limiter la propagation du Covid-19 et assurer la sécurité de ses habitants, une île paradisiaque a décidé d’ouvrir ses frontières seulement aux personnes ayant déjà contracté le virus. Explications.

À cause de la pandémie de Covid-19, de nombreuses frontières sont encore fermées. Ce qui nous a d’ailleurs beaucoup limité dans le choix de la destination de nos vacances d’été. L’île paradisiaque de Fernando de Noronha vient toutefois de rouvrir ses portes aux touristes. Une première depuis le 21 mars dernier. Mais tout le monde ne peut pas se rendre sur ce petit bout de terre au large du Brésil.

En effet, d’après un message publié ce jeudi 27 août sur le compte Instagram des autorités de l’île, « seules les personnes ayant déjà contracté le virus sont autorisées à débarquer » à partir du 1er septembre. Dès leur arrivée, les touristes seront d’ailleurs contrôlés et devront présenter une attestation prouvant qu’ils ont déjà été testés Covid+. Après un placement en quarantaine et la remise d’un bracelet d’identification, ils seront ensuite à nouveau testés pour confirmer leur guérison. « Nous rouvrons nos portes de façon responsable, avec prudence et sans précipitation », assure l’administrateur de l’archipel auquel appartient l’île de Fernando de Noronha.

L’île de Fernando de Noronha ne compte que 3 000 habitants, mais elle est une destination très prisée de la jet-set brésilienne et internationale qui adore se pavaner sur les plages sauvages et dans les nombreuses boutiques de luxe. Chaque touriste de l’île a pour habitude de payer une taxe destinée à la conservation de l’environnement.

Voir cette publication sur Instagram

Une publication partagée par Fernando de Noronha (@fernandodenoronha) le