Commerçants, artisans, entrepreneurs, On est là pour vous → communiquez local - en savoir plus
Rédaction

De drôles de véhicules à la Défense

26 juin 2017 à 13h10 Par Rédaction

Des navettes autonomes seront testées sur l'esplanade de la Défense dès ce jeudi. Trois véhicules, 100% électriques permettront de couvrir trois circuits distincts, 7 jours sur 7, jusqu'à fin décembre. Et le tout est gratuit.

Elles sont de retour. Les navettes sans chauffeurs. Trois véhicules autonomes 100 % électriques feront leur apparition ce jeudi jusqu’à fin décembre, sur l’esplanade de La Défense qui accueille 500.000 visiteurs par jour. "Cette navette a pour objectif de proposer une nouvelle offre de mobilité complémentaire pour parcourir les premiers et derniers kilomètres des usagers des transports en commun", annonce le Stif.

Au delà du métro, intégralement automatisé (ligne 1 et 14, et en attendant la 4), ces navettes de surface ont déjà effleuré le bitume francilien par deux fois. En Septembre 2016, sur les berges de Seine, rive droite, le temps d’un week-end. Puis entre Janvier et Avril dernier, entre la gare de Lyon et la Gare d’Austerlitz, sur le pont Charles de Gaulle.

Trois circuits distincts ont été pensés.

Pour balader les 500.000 visiteurs quotidiens de l’esplanade de la Défense, trois boucles ont été pensées. Deux pour la semaine de 8h à 20h (Grande Arche – Valmy et Grande Arche – Faubourg de l’Arche avec 1 arrêt sur chaque circuit). Ces deux lignes fonctionneront du lundi au vendredi de 8 heures à 20 heures. Dans le détail, de 8 heures à 10 heures, de midi à 14 heures et de 16 heures à 20 heures, la fréquence des navettes sera d’une toutes les dix minutes et le reste de la journée d’une toutes les vingt minutes.

Le week-end un troisième circuit est prévu, de 10h à 18h (Grande Arche – Le Moretti avec 2 arrêts), avec une fréquence d’une navette toute les vingt minutes. Le service sera inauguré officiellement le 3 juillet par Valérie Pécresse, présidente du Stif et de la région Ile-de-France.

Ce service, entièrement gratuit, pourra transporter 11 personnes assises et 4 debout dans chaque navette. Cette expérimentation est menée en partenariat avec Defacto, Etablissement public de gestion du quartier d’affaires de La Défense. Le STIF a choisi Keolis en tant qu’opérateur, associé au constructeur Navya, start-up française. A partir de la rentrée,les navettes circuleront en totale autonomie (sans opérateur). Avant cela (pendant l’été), un opérateur sera à bord. Cela permet de tester cette technologie et d’habituer les gens au service car l’idée est que ça se développe de plus en plus dans l’espace public, selon la région Ile-de-France.

Encore des freins

De là à voir ces petites navettes débarquer à chaque coin de rue, il y a encore un monde. En l’état actuel de la réglementation, il reste encore interdit de faire franchir à ces navettes sans chauffeur des intersections (feux rouges, stop, cédez-le passage…), même si cela est techniquement possible.