La mairie de Paris condamnée pour avoir employé trop de femmes

VOLTAGE
Une loi de 2019 prévoit d'empêcher ce type de situation d'arriver de nouveau.
Crédit: Common Wikimedia

15 décembre 2020 à 10h53 par Lucas Pierre

La mairie de Paris est condamnée à payer une pénalité de 90 000 euros pour avoir employé trop de femmes directrices en 2018. Dans la loi, le taux légal de nominations de chaque genre est est 40%.

C’est une curiosité que même les médias parodiques n’auraient pas pu inventer : la mairie de Paris est condamnée à payer 90 000 euros d’amende pour avoir embauché trop de femmes à des postes de direction. Pour mieux comprendre, il faut revenir en 2018, année pendant laquelle la Ville promeut onze femmes directrices et cinq hommes aux mêmes postes. La situation a d'ailleurs fait réagir la maire Parti socialiste Anne Hidalgo.

Le calcul est simple, le taux de nominations féminines ici est de 69%. Un chiffre « très élevé [qui] contribue fortement à la féminisation des emplois de l’encadrement supérieur et dirigeant », admet le ministère de la Fonction Publique dans un bilan annuel du dispositif des nominations équilibrées. Cependant, ce taux de nominations dépasse très largement l’objectif légal fixé à « 40% de nominations de personnes de chaque sexe dans ces emplois », toujours selon le ministère.

Une problématique qui ne devrait plus arriver

Si la situation paraît improbable, elle ne devrait pas se réitérer à l’avenir. Une nouvelle loi sur la transformation de la fonction publique a vu le jour au mois d’août 2019. Cette loi prévoit une dispense pour les employeurs qui nomment trop d’hommes ou de femmes à la seule condition que la situation ne crée pas un déséquilibre parmi les emplois concernés. La Ville de Paris employant aujourd’hui 47% de femmes cadre supérieur, elle entre dans cette condition et ne devrait donc plus être pénalisée à l’avenir. C’est malheureusement trop tard pour la capitale concernant l’année 2018.