Commerçants, artisans, entrepreneurs locaux, communiquez local -> en savoir plus
Info locale

La Nationale 6: à éviter autant que possible !

24 octobre 2017 à 10h50 Par Mikaël Livret
Crédit photo : Place Semard - Villeneuve-Saint-Georges

Attention si vous empruntez la Nationale 6. Ce sera encore plus compliqué que d’habitude. Les travaux sur le pont qui enjambe la Seine à Villeneuve-Saint-Georges entrent dans une nouvelle phase. La direction des routes annonce un allongement des temps de parcours et conseille des déviations.

Ça ne va pas s’arranger. La nouvelle phase de travaux annoncée par la direction des routes d’Ile-de-France (Dirif) devrait de nouveau allonger les temps de parcours. D’environ 15 minutes par trajet par rapport à d’habitude selon la Dirif. Un allongement de 5 minutes de plus par rapport aux premières grosses restrictions intervenues en septembre et qui mettent déjà à rude épreuve les nerfs des automobilistes.

Le nombre de voies avait déjà été réduit en septembre dernier, au nord de la place Sémard (devant la gare RER), avec une seule voie seulement dans le sens province-Paris. Cette fois-ci c’est au sud que la situation se complique avec la suppression d’une voie dans le sens Paris-province.

44 000 véhicules chaque jour

La Dirif renouvèle ses conseils déjà distillé en septembre : « éviter le secteur » et passer par les grands axes tout autour : A86, N19 ou encore Francilienne. Attention aussi aux fermetures de nuit, qui pourraient intervenir entre le 16 et le 24 novembre.

Les rares franchissements de la Seine entraînent tous les automobilistes à cet endroit, où 44 000 véhicules passent en moyenne chaque jour. D’où le réaménagement de ce carrefour délicat, avec six mois de chantier jusqu’à fin décembre.

Objectif : fluidifier la circulation

Les travaux, consistent à créer un giratoire pour améliorer les conditions de circulation devant la gare, un pôle bus pour faciliter les déposes des passagers et des passages piétons surélevés et protégés par des feux tricolores.

Au niveau du pont, la Dirif tente une expérimentation avec « la suppression du tourne-à-gauche depuis le sud, réversible si l’évaluation du fonctionnement du système l’impose ». Enfin, le projet prévoit, au niveau du tourne-à-gauche de l’avenue de Melun, « le doublement de la longueur de stockage en amont du feu pour fluidifier la circulation sur la N6 en direction de Melun. » Le tout pour un investissement de 3,4 M€, financé par l’État et la Région, mais qui ne redonne pas pour l’instant le sourire aux usagers. Pas encore.