Commerçants, artisans, entrepreneurs locaux, communiquez local -> en savoir plus
Info locale

La voiture n’a plus la côte en Île-de-France

14 novembre 2019 à 10h11 Par Mikaël Livret
Les Franciliens se déplacent majoritairement à pied, selon une étude d'Île-de-France Mobilités sur le sujet.
Crédit photo : Common Wikimédia

Entre 2010 et 2018, de plus en plus de Franciliens ont laissé la voiture au garage. Le nombre de déplacements en voiture a baissé de 5% en huit ans selon une étude d’Île-de-France Mobilités (IDFM).

L’usage de la voiture recule en Île-de-France. Selon une étude d’Île-de-France Mobilités* (IDFM), le premier moyen de bouger des Franciliens, c'est leurs jambes. Sur les 43 millions de déplacements chaque jour, 17,2 millions se font à pied. La marche à pied est bien souvent complétée avec l'utilisation de transports en commun. Ainsi en Île-de-France, 9,4 millions de déplacements se font chaque jour en bus, métro, train ou tram dans la région, soit 14% de plus qu'en 2010, selon l’étude.

Entre 2010 et 2018, de plus en plus de Franciliens ont laissé la voiture au garage. Le nombre de déplacements en voiture a baissé de 5% sur cette période. La baisse atteint même 25% pour les motos et scooters. Dans le même temps, les mobilités douces voient leurs usages augmenter en Île-de-France. Ainsi les Franciliens se tournent vers le vélo, avec 840.000 déplacements quotidiens. Le vélo représente 4% des déplacements domicile-travail.

Chaque jour, un Francilien réaliserait en moyenne 3,8 déplacements, parcourt 18 kilomètres et passe 1h30 à se déplacer. 70% des déplacements des Franciliens se font hors de Paris.

*L’étude a été menée de janvier 2018 à juin 2019 auprès de 3000 ménages, soit au total 7000 Franciliens (parents et enfants), effectuant au total près de 28.000 déplacements (train, métro, bus, voiture, vélo, marche à pied...) chaque jour de la semaine (hors week-ends). Elle ne prend pas en compte les déplacements effectués par les touristes et les habitants d’autres régions en transit, mais permet d’estimer les habitudes des 12,1 millions d’habitants de l’Île-de-France.