Commerçants, artisans, entrepreneurs locaux, communiquez local -> en savoir plus
Info locale

Les syndicats maintiennent la pression après 23 jours de grève en Île-de-France

27 décembre 2019 à 11h32 Par Mikaël Livret
Le leader de la CGT Philippe Martinez est venu soutenir les grévistes dans le Val-de-Marne
Crédit photo : Capture Twitter - @arcueilfdg

Le secrétaire général de la CGT, opposé à la réforme des retraites, s'est rendu aux aurores ce vendredi matin auprès de grévistes dans un dépôt de bus RATP à Vitry-sur-Seine (Val-de-Marne). Philippe Martinez a dénoncé «la fébrilité du gouvernement».

Martinez durcit le ton. Sur le terrain, la CGT maintient la pression en ce 23e jour de mobilisation, désormais plus longue que celle de 1995, qui a duré 22 jours. Le dépôt de bus de Vitry-sur-Seine (Val-de-Marne) a été bloqué tôt ce vendredi matin par des dizaines de gréviste de la RATP. Le patron de la CGT, Philippe Martinez était présent. Il a expliqué être venu soutenir les grévistes.

« Je ne veux pas de confrontation, c'est pas la guerre, et puis on est accueilli par des matraques. Cette conception du dialogue social, ça montre la fébrilité du gouvernement», a-t-il déclaré sur places devant les caméras et les micros tendus.

Selon la préfecture de police de Paris, quatre dépôts de bus étaient bloqués en tout début de matinée, dont deux partiellement, à Paris et en petite couronne. Vers 8 heures du matin, il n'y avait «plus aucun blocage sur l'agglomération parisienne après intervention des forces de l'ordre, selon les autorités.