Commerçants, artisans, entrepreneurs, On est là pour vous → communiquez local - en savoir plus
Info locale

Les transports franciliens sont-ils un lieu de contamination au coronavirus ?

06 octobre 2020 à 13h36 Par Bertrand Loppin
Hier matin, forte affluence dans les couloirs de la ligne 13.
Crédit photo : Twitter @guillaumetourn3

Alors qu’une série d’incidents techniques a provoqué, lundi 5 octobre, une énorme affluence sur la ligne 13, beaucoup d’usagers s’inquiètent des risques de contamination au Coronavirus encourus. Le ministre des transports assure que les transports publics ne sont pas des lieux de contamination.

Des quais noirs de monde, des rames bondées et une forte affluence dans les couloirs… Les usagers de la ligne 13 ont connu, hier, des instants difficiles. La ligne a été affectée par une série d’incidents techniques réduisant à néant toutes tentatives de respect des mesures de distanciation sociale, des mesures déjà bien difficiles à suivre sur cette ligne en temps normal. Sur les réseaux sociaux, plusieurs usagers ont fait part de leurs inquiétudes face à cette promiscuité forcée alors que Paris et les départements de la petite couronne viennent de passer en zone d’alerte maximale au coronavirus. Si de nouvelles mesures de restriction ont été prises, rien n’a été annoncé pour les transports en commun franciliens.

De son côté, le ministre des Transports a tenu à faire une mise au point. Les transports publics ne sont pas un lieu de contamination. Jean-Baptiste Djebbari explique que les mesures mises en place dans les transports en commun, avec notamment le port du masque obligatoire, sont efficaces pour éviter la propagation du coronavirus. Il rappelle également que les équipements sont nettoyés plusieurs fois par jour avec des produits virucides.

Le ministre délégué aux Transports a réuni, ce matin, les dirigeants des principaux opérateurs, RATP et SNCF, pour refaire un point très précis sur les mesures qui sont prises. Jean-Baptiste Djebbarri annonce qu’une brigade d’intervention rapide de 150 personnes va être mise en place. Elle pourra intervenir sur les réseaux de transports franciliens en moins d’une heure, en cas de problème, pour réguler les flux de voyageurs.