"Nous sommes déjà en contact avec les extraterrestres", affirme un ancien chef de la sécurité spatiale d'Israël

VOLTAGE
Photo d'illustration
Crédit: Pixabay

9 décembre 2020 à 11h58 par A.L.

Haim Eshed, l'ancien responsable du programme de sécurité spatiale d'Israël, affirme que son pays et les États-Unis sont déjà en relation avec des extraterrestres.

Haim Eshed, 87 ans, vient de surprendre tous les internautes. Cet ancien responsable du programme de sécurité spatiale de l'Israël de 1981 à 2010, vient en effet de faire des révélations surprenantes lors d'une interview accordée au journal Yediot Aharonot. L'homme, qui reçu à trois fois le Prix israélien de la sécurité, affirme qu'une "fédération galactique" aurait conclu un accord avec l'État hébreu et les Etats-Unis. "Cette coopération se traduit par l’existence d’une base secrète sur Mars où des Américains et des représentants extraterrestres travaillent de concert", a-t-il précisé. Selon lui, non seulement des civilisations extraterrestres nous rendent visite depuis des lustres mais elles ont donc aussi conclu avec les États-Unis une alliance dont le but serait essentiellement scientifique.

L'humanité "pas prête" à découvrir l'existence d'extraterrestres

Toujours selon Haim Eshed, ce n’est pas un hasard si Donald Trump a lancé sa "force de l’espace", une sixième branche des forces armées américaines, au cours de son mandat. L'Israëlien affirme que le président sortant américain est évidemment au courant de tout et avait même l’intention de révéler l’existence de ces alliés extraterrestres mais la "fédération galactique" l’en aurait empêché car l’humanité n’était pas prête. Les thèses de l'octogénaire sont publiées dans un livre intitulé The Universe Beyond the Horizon – conversations with Professor Haim Eshed"Si j’avais dit tout cela il y a cinq ans, j’aurais été interné. Aujourd’hui, ces questions sont traitées différemment. Et je n’ai rien à perdre. J’ai eu mes diplômes et mes prix. Je suis respecté dans les milieux universitaires, ici et à l’étranger où les choses ont aussi évolué", a-t-il conclu.