Paris : un homme roué de coups pendant plusieurs minutes par des policiers (vidéo)

VOLTAGE
Crédit: Loopsider

26 novembre 2020 à 19h33 par Lucas Pierre

Trois policiers sont visés par une enquête de l'IGPN pour « violences par personne dépositaire de l'autorité publique ». Cette enquête intervient après la publication d'images de vidéo surveillance montrant ces trois policiers en train de frapper très violemment un producteur de musique, dans son studio, parce qu'il ne portait pas de masque.

Mise à jour à 20h20 : Gérald Darmanin déclare que "les images de l’interpellation dans le 17e arrondissement de Paris sont inqualifiables et insupportables. Si la justice conclut à une faute, (je) révoquerai ces 3 policiers de la police nationale car ils ne seraient plus dignes de porter l’uniforme de la République".

-- -- --

C’est une nouvelle polémique qui intervient alors que la loi « Sécurité globale » est encore contestée par l’opinion publique. Une vidéo filmée par des caméras de surveillance montre un producteur de musique et gérant de la société de production Black Gold Studios se faire rouer de coups par trois policiers. Les faits remontent au 21 novembre dernier, peu avant 20h, dans le 17ème arrondissement de Paris. Michel, le producteur de musique, rentre dans son studio pour échapper à un contrôle de police. Pourquoi ? Parce qu’il ne porte pas de masque. Si ce fait est effectivement répréhensible, la vidéo montre les policiers frapper très violemment le producteur.

Sur cette vidéo, on voit les forces de l’ordre frapper violemment le producteur de musique pendant 5 minutes sans interruption avec des coups de poing, des coups de pied et même des coups de matraque. Des insultes racistes auraient aussi été proférées selon la victime.

Les trois policiers suspendus

Après les faits, les policiers livrent à leurs supérieurs leur version des faits. Le parquet de Paris ouvre alors une enquête contre la victime puis la classe sans suite. Depuis, le même parquet a finalement ouvert une enquête à l’encontre des trois policiers pour « violences par personne dépositaire de l’autorité publique ». L’enquête a été confiée à l’IGPN, la police des polices. Le ministre de l’Intérieur Gérald Darmanin a réagi à l’événement : il a demandé à Didier Lallement de suspendre à titre conservatoire les trois policiers. Suspension demandée par le Préfet de police de Paris au Directeur général de la Police nationale.

I