Sida en Île-de-France : deux fois moins de dépistages cette année à cause du Covid

VOLTAGE
L'�}le-de-France est la région la plus touchée d'Europe par le virus.
Crédit: DR

1er décembre 2020 à 10h46 par Lucas Pierre

C'est l'une des nombreuses conséquences de la pandémie de Covid-19 et du confinement : le nombre de dépistages contre le virus du Sida a chuté de moitié cette année. Une donnée inquiétante pour les dirigeants du CRIPS �}le-de-France (Centre régional d'information et de prévention du Sida).

A l’occasion de la journée mondiale de lutte contre le Sida, il est rappelé que la région parisienne concerne 40% des nouvelles contaminations au virus en France. En Europe, c’est même la région la plus touchée. Mais tout n’est pas perdu : la région avait connu une baisse de 15% des contaminations depuis cinq ans. Il faut donc continuer de se faire dépister, même en temps d’épidémie et de confinement.

Cet appel lancé par le président du CRIPS, Jean Spiri, concerne évidemment les jeunes, dont la méconnaissance du virus augmente, mais aussi les personnes plus âgées ; les plus de 50 ans sont de plus en plus contaminés.

La contraception, essentielle pour se protéger

Jean Spiri rappelle aujourd’hui qu’un étudiant sur deux utilise un préservatif pour tous ses rapports. La contraception est pourtant primordiale alors que les recherches pour un vaccin menées depuis trente ans sont toujours en cours et que l’espoir de trouver un traitement existe encore.

Il existe en revanche un moyen de prévention, trop méconnu pour le président de la CRIPS. Il s’agit d’un traitement gratuit qui s’appelle la PreP. Ce traitement permet de ne pas être contaminé par le VIH. Un traitement dont Jean Spiri demande le renforcement de l’initialisation en Île-de-France, avec comme objectif que des médecins généralistes puissent le prescrire.