Suicide d'un militaire à Orly : enquête classée sans suite

VOLTAGE
Placé en garde à vue dans les locaux de la Police aux frontières (PAF) de l'aéroport d'Orly avec 4 k
Crédit: CC By Lionel Allorge

8 juillet 2021 à 13h30 par Iris Mazzacurati

L'enquête ouverte après le suicide, à l'aéroport d'Orly en décembre, d'un militaire qui avait été placé en garde à vue pour possession de 4 kg de cocaïne, a été classée sans suite.

Ouverte dans la foulée de la mort en garde à vue du militaire, l'enquête pour "recherche des causes de la mort", confiée à l'Inspection générale de la police, a été classée sans suite pour "absence d'infraction" le 5 mai, a indiqué le parquet de Créteil, sollicité par l'AFP.

L'homme de 33 ans, qui appartenait au 9e régiment d'infanterie de marine de Guyane, était en permission au moment des faits.

Le 21 décembre, il avait été interpellé à sa descente d'avion après un contrôle douanier: quatre kilogrammes de cocaïne avaient été retrouvés en sa possession. Il avait été placé en garde à vue dans les locaux de la Police aux frontières (PAF), dans le cadre de l'ouverture d'une enquête de l'Office anti-stupéfiants (Ofast).

Deux jours plus tard, il avait dérobé l'arme d'une policière qui lui apportait son repas en cellule, puis s'était tiré une balle dans la tête.

Le trafic entre la Guyane et Paris représente entre 15 et 20% des entrées de cocaïne sur le territoire hexagonal, selon un rapport sénatorial publié en septembre.



(Avec AFP)

I