Commerçants, artisans, entrepreneurs locaux, communiquez local -> en savoir plus
Info locale

Tri des déchets : les Franciliens ont encore des efforts à faire (audio)

02 avril 2019 à 12h53 Par Virgil Bauchaud
Crédit photo : Pexels

En moyenne, un Francilien trie 44 kilos de déchets par an. C’est environ 100 kilos de moins que ce qu’il faudrait trier pour être un bon élève. En Ile-de-France, le Sytcom est en charge du tri et de la valorisation des déchets. Zoom sur les coulisses du tri.

Plastiques, papiers, cartons, les Franciliens ont encore de gros efforts à faire en matière de tri ! Ils sont même les plus mauvais élèves au niveau national et européen et souvent par ignorance. C’est ce qu'il ressortait d’un plan de prévention et de gestion des déchets présenté la semaine dernière par la région Ile-de-France. Il faut dire que chaque commune à ses propres exigences en la matière, en attendant une extension des consignes de tri d'ici deux à trois ans. 

Pour comprendre ce qu’il se passe après avoir jeté ses déchets à la poubelle jaune, le Sytcom nous a ouvert ses portes. À Paris et en petite couronne, le Syctom est en charge du tri de ces produits. L’agence de valorisation des déchets gère entre autres le recyclage de 6 millions de Franciliens, sur 85 communes adhérentes. Ses centres de tri sont basés à Nanterre, Romainville, Sevran, Issy-les-Moulineaux et Paris. Alors, quelles sont les principales étapes à l’intérieur du centre de tri ? Explications avec Romain Pelissou, directeur du recyclage au Syctom.

Écouter le podcast

Mais dans ces centres, davantage de tri pourrait être effectué ! Romain Pelissou :

Écouter le podcast

Chaque année, le Syctom traite 2,3 millions de tonnes de déchets. Ils sont ensuite valorisés en énergie verte ou en nouvelle matière. Par exemple, certains plastiques sont expédiés chez les recycleurs après avoir été triés dans les centres de tri de collecte sélective. « Les bouteilles d’eau classiques par exemple, on les expédie dans les Yvelines, à Limay, où le recycleur va les transformer en granulés pour ensuite refaire des bouteilles », confie Romain Pelissou.