Trouver un médecin près de chez vous : le parcours du combattant en Ile-de-France

VOLTAGE
Des aides existent en Ile-de-France pour l'installation des médecins.
Crédit: Denis CHARLET / AFP

7 décembre 2020 à 10h45 par Mikaël Livret

Avec 48 % des médecins libéraux qui ont plus de 60 ans et les difficultés des jeunes à s'installer, la désertification médicale s'aggrave en Ile-de-France.

Quand un médecin généraliste s'en va, c'est 1 000 à 1 500 patients qui se retrouvent sans docteur. Ces 18 derniers mois, 1 767 médecins (généralistes et spécialistes) ont cessé leur activité. Il n'y a eu que 1 288 installations en région parisienne. Résultat, 479 médecins manquent à l'appel et des milliers de Franciliens se retrouvent à devoir chercher un praticien, parfois à des kilomètres de chez eux.

« Le déclin se poursuit et s'accélère même », s'inquiète dans Le Parisien Alexandre Grenier, directeur de l'URPS (Union régionale des professionnels de santé) qui publie une nouvelle étude sur le sujet.  « On va encore avoir en 2021 des départs massifs du fait de la pyramide des âges, note Alexandre Grenier. 48 % des médecins libéraux ont plus de 60 ans. Pour les spécialistes, c'est pire : 30 % d'entre eux ont plus de 65 ans. Et on atteint 44 % chez les psychiatres. »

Une pénurie de psychiatres et d'ophtalmologistes en vue. Entre 2010 et 2020, plus de 900 psys ont pris leur retraite pour seulement 600 arrivées. Tous les départements d'Ile-de-France sont touchés. Même constat pour les ophtalmologistes. En un an et demi, la région parisienne a encore perdu 62 spécialistes.

Pour aider les jeunes médecins à s’installer, des aides existent. Le conseil régional participe par exemple à hauteur de 15 000 euros pour une nouvelle installation. au niveau local, les communes s’organisent elles aussi. A Viroflay (Yvelines) par exemple, le maire n'a pas hésité à racheter le dernier cabinet médical, avec l’aide du département et de l’ARS.

Des aides obtenues parce que Viroflay est classée en zone d'intervention prioritaire (ZIP) par l'ARS. Ces ZIP représentent plus de 4,4 millions de Franciliens. Elles couvrent une grande partie de la Seine-Saint-Denis, de la Seine-et-Marne (sauf Meaux et Melun), le sud Essonne autour d'Etampes, autour de Mantes-la-Jolie (Yvelines), ou encore Pontoise, Argenteuil et Sarcelles (Val-d'Oise).

En Essonne, le conseil départemental a voté une bourse de 6 600 euros par an pour attirer des internes en médecine sur leurs trois années de troisième cycle. Une première en Ile-de-France. En contrepartie, ils doivent venir exercer sur le département au moins cinq ans à la fin de leurs études. Quinze bourses devraient être financées chaque année.

En attendant, des initiatives locales fleurissent pour vous aider à trouver un praticien près de chez vous. A Choisy-le-Roi (Val-de-Marne) par exemple, deux frères ont eu l’idée de créer une plateforme sur internet pour recenser toute l'offre de santé déployée sur la commune. Il regroupe les praticiens et leurs lieux de consultation sur la ville, les structures de soins généraux et spécifiques, les pharmacies, les laboratoires d'analyses médicales, les services ambulanciers et l'offre de soins à destination des animaux. 

I