Commerçants, artisans, entrepreneurs locaux, communiquez local -> en savoir plus
Info locale

Un célèbre restaurant parisien accusé de discrimination envers ses clients

18 mai 2018 à 11h03 Par Mikaël Livret
Crédit photo : Capture d'écran - Google Maps - Restaurant l'Avenue - Paris

Ceux avec des noms à consonance arabe et les femmes voilées seraient refoulés, les "moches" et les touristes interdit de terrasse dans le restaurant l’Avenue, dans le 8e arrondissement de Paris selon l'enquête de Buzzfeed.

Un repère de célébrités et de personnalités fortunées. Le restaurant « L'Avenue » a notamment servi Rihanna, Kim Kardashian, Cyril Hanouna et plusieurs politiques y ont leurs habitudes. Sauf que selon le site BuzzFeed, pour le commun des mortels, un système de discrimination systématique y serait pratiquée.

Des conversations Whatsapp récupérées par BuzzFeed semblent attester de ces méthodes. Les langues de certaines serveuses se sont déliées. Les noms "d'origine arabe" (selon le directeur de l’établissement), ou les touristes venant du Moyen-Orient ne pourraient pas passer de réservations. Si une femme voilée se présente, l’établissement est annoncé complet.

Le directeur du restaurant s’est défendu de ces accusations

Si des clients indésirables se montrent insistants, voulant à tout prix une table, ils seraient alors conviés à aller manger à l’étage, quelle que soit l'affluence dans le restaurant. L'étage serait également réservé pour «les vieux, les moches, les gros, les touristes asiatiques....», pas assez "beaux", selon la direction.

Le directeur du restaurant, Alexandre Denis, s’est défendu de ces accusations, sur BuzzFeed. «Si vous voulez mettre le feu en nous dénonçant comme des gens racistes, voilà... (...) Moi je peux dire quelque chose, mais je ne sais pas comment les gonzesses [sic] vont l'interpréter. (...) Ce qui est certain, c'est que je n'ai jamais donné de consigne pour refuser des clients», ajoute-t-il.

L’inspection du travail aurait été alertée par plusieurs anciennes serveuses qui envisagent de saisir une association pour "discrimination".