Une campagne d’affichage anti-IVG et anti-PMA fait polémique à Paris

VOLTAGE
La mairie de Paris Anne Hidalgo s'est dite "choquée".
Crédit: Capture d'écran Twitter - @Anne_Hidalgo

3 janvier 2020 à 8h58 par Mikaël Livret

Anne Hidalgo, la maire de Paris s'est dite « profondément choquée » par ces publicités et a demandé le retrait des affiches en question.

« La société progressera à condition de respecter la maternité », « la paternité » ou encore « la vie ». Ces affiches sont visibles depuis jeudi 2 décembre sur des panneaux publicitaires dans certaines gares en Île-de-France. La nouvelle campagne publicitaire d’Alliance Vita suscite, depuis, la polémique.


La maire de Paris, Anne Hidalgo, a demandé jeudi le retrait des affiches en question : « Je suis profondément choquée et indignée par cette campagne anti-IVG et anti-PMA à la Gare du Nord et dans plusieurs autres lieux de la capitale », a-t-elle réclamé sur Twitter. Certains internautes ont aussi commenté, jugeant ces visuels « en contravention avec la loi sur le délit d'entrave à l'IVG ». 










La régie publicitaire a fait retirer deux des affiches critiquées


Alliance Vita, qui évoque 400 panneaux d’affichages concernés, présente cette campagne d’affichage « contre le projet de loi bioéthique »,  à quelques jours de la reprise du débat, au Sénat, le 8 janvier 2020. L’association dit souhaiter « alerter l’opinion sur les dangers de cette réforme ».


Médiatransports, la régie publicitaire en charge des espaces de la SNCF et de la RATP, a depuis fait retirer deux des affiches critiquées (celles centrées sur la « maternité » et la « paternité ») soulignant son « devoir de neutralité » et évoquant une « négligence et des dysfonctionnements liés aux grèves ».