Commerçants, artisans, entrepreneurs locaux, communiquez local -> en savoir plus
Info locale

Une famille de Seine-Saint-Denis traîne l’État en justice

22 mai 2019 à 09h43 Par Mikaël Livret
Photo d'illustration
Crédit photo : PxHere

Victime de problème de santé à répétition, ils ont du quitter l’Île-de-France. Leur avocat demande la « réparation intégrale des préjudices subis».

Bronchites chroniques et asthme. Aucun membre de la famille n’avait été épargné selon leur avocat. La mère de famille souffrait alors de bronchites chroniques et sa petite fille avait développé un asthme sévère. Des problèmes de santés qui ne faisaient qu’empirer selon l’avocat de la famille, qui a du se résoudre à quitter Saint-Ouen (Seine-Saint-Denis). Depuis, toujours selon l’avocat, la santé de la maman et de la fillette s’est améliorée.

Ils attaquent l’État en justice pour ne pas avoir pris les mesures nécessaires pour les protéger lors des différents pics de pollution. La famille réclame 160 000 € de dommages et intérêts au titre des souffrances liées aux problèmes de santé, arrêts de travail, angoisse…

La mise en place de la circulation différenciée pourrait être simplifiée

Une première audience se tient mardi 28 mai, à Montreuil. Une cinquantaine de recours contre l’Etat ont été déposés après le pic de pollution de fin 2016.

C’est un sujet sensible en Île-de-France au moindre pic de pollution. La mise en place de la circulation différenciée pourrait être simplifiée à l’avenir. Les députés ont voté le principe de rendre automatiques les restrictions de circulation en cas de pic de pollution. La décision revient aujourd’hui à la Préfecture et met parfois quelques jours à être actée.