Commerçants, artisans, entrepreneurs, On est là pour vous → communiquez local - en savoir plus
Info locale

Une troisième affaire d’agression sexuelle secoue la mairie de Paris

05 octobre 2020 à 11h00 Par Mikaël Livret
Une jeune trentenaire a porté plainte contre un collaborateur.
Crédit photo : Google Maps - Mairie de Paris

L'Hôtel de Ville de Paris est éclaboussé par une nouvelle affaire d'agression sexuelle, après Christophe Girard, l'ex-adjoint à la culture visé par une enquête pour viol et Pierre Aidenbaum, ex-adjoint à la Seine, mis en retrait, lui aussi, après des accusations de harcèlement sexuel.

Des soupçons d’agression sexuelle au sein même de la mairie. Le parquet vient d’ouvrir une enquête pour viol à l'encontre d'un membre du cabinet d’Anne Souyris, l’adjointe à la santé.

Le 23 septembre dernier, un père de famille de 44 ans aurait violé une jeune femme dans son bureau, à l'Hôtel de Ville. Une plainte a été déposée le 1er octobre par la victime au commissariat du centre de Paris. En fin de journée ce mercredi-là, le directeur adjoint du cabinet aurait commencé par lui pratiquer un massage de la nuque et du dos dans son bureau avant de la violer. Des faits que l'agresseur présumé réfute totalement.

La victime présumée est une jeune trentenaire liée à EELV. « Elle a participé à la campagne des municipales », précise dans Le Parisien un élu, qui connaissait bien le présumé agresseur.

Un arrêté de suspension administrative

Dimanche soir, l'écologiste Anne Souyris a indiqué « ne prendre aucune position » sur son collaborateur. L'élue, qui « respecte avec gravité la parole de la victime présumée, souhaite que la justice puisse faire son travail pour établir les faits dans le respect et l'écoute des personnes ». « Mon collaborateur n'a pas été entendu ni même convoqué ou averti par la justice ou la police », et surtout, « il conteste les faits », rappelle l'adjointe chargée de la santé.

Ce lundi 5 octobre, le directeur adjoint d'Anne Souyris n’a pas pris le chemin de l'Hôtel de Ville. Emmanuel Grégoire, premier adjoint (PS) d'Anne Hidalgo, indique que « la Ville de Paris, informée des faits, a pris un arrêté de suspension administrative concernant ce collaborateur ».