Commerçants, artisans, entrepreneurs, On est là pour vous → communiquez local - en savoir plus
Musique

Vitaa : son fils a frôlé la mort, elle se confie !

28 juillet 2017 à 12h50 Par Aurélie Amcn

Pour un grand magazine français, la chanteuse Vitaa est revenue sur cet épisode douloureux de sa vie, mais surtout de la vie de son fils Adam.

C’est un long récit douloureux que nous raconte la chanteuse Vitaa dans les colonnes de la rubrique « Le Jour où » du magazine Paris Match. Le jour de sa naissance, son fils Adam, aujourd’hui âgé de 2 ans et demi a frôlé la mort. « Je donne naissance à Adam, mon deuxième fils, la nuit du 25 octobre 2014. Un beau bébé de 4kg, avec de bonnes épaules », se souvient-elle. La nuit se passe ensuite très bien. Le nourrisson semble en bonne santé. Elle raconte qu’elle a même la chance de pouvoir l’allaiter. Sauf que dès le lendemain matin, tout bascule. « À mon réveil, le médecin m’apprend qu’il a été infecté pendant l’accouchement. Adam respire trop vite, il a plus de 39 de fièvre. Le diagnostic tombe : mon fils est en train de faire une septicémie », poursuit l’interprète de « Peine & Pitié ».

« IL A ETE INFECTE PENDANT L'ACCOUCHEMENT »

Le bébé d’à peine un jour est alors pris en charge et subit un traitement à base d’antibiotiques. Toutefois, l’état de santé du petit Adam inquiète les médecins : à tout moment, « l’infection peut virer en méningite et donc affecter le cerveau ». La maman et son bébé sont alors rapidement transférés dans un hôpital adapté aux urgences néonatales : l’hôpital Saint-Joseph dans le XIVème arrondissement de Paris. Seul hic, « il n’y a pas de chambre pour [nous] deux. Peu importe ! [Je] reste à ses côtés, assise sur une chaise ».

« JE ME PREPARE À LE PERDRE... »

Elle assiste alors aux soins de son bébé. Des piqûres et encore des piqûres. Cela en est trop pour Vitaa ! « Mais le pire reste la ponction lombaire. Terrifiée, je refuse ! Le pédiatre m’explique qu’un nourrisson ne sent pas la douleur comme les adultes car ses os sont encore mous. Alors l’angoisse laisse place à la culpabilité : ses souffrances, c’est ma faute. Je me prépare à le perdre ». Le réconfort, Vitaa le trouve alors dans la religion. Elle cite le Coran pour expliquer comment elle a pu tenir le coup alors que son fils, un petit être d’à peine quelques heures, est en train de vivre les pires heures de sa courte vie : ‘’Dieu ne charge pas une âme plus qu’elle ne peut supporter’’.

« AUJOURD'HUI, JE PENSE MÊME A UN TROISIEME ENFANT »

Comme si ses prières avaient été entendues, quelques jours plus tard, huit jours exactement, le petit Adam est autorisé à rentrer chez lui « sans séquelles ». Vitaa conclut : « ma vie s’illumine à nouveau. Aujourd’hui, je pense même à un troisième enfant. Pourquoi pas l’année prochaine ! Je rêve d’une petite fille ». En attendant de troquer son micro pour des biberons et autres couches culottes, Vitaa continue de faire la promotion de son dernier opus J4M. Elle parcoure la France et enchaîne les représentations. Un rythme effréné qui semble toutefois l’avoir contrainte d’annuler l’un de ses concerts prévu ce samedi 29 juillet à Pertuis. Sur Instagram, elle s’excuse auprès de ses fans : « Je suis dans le regret de vous annoncer que pour des raisons médicales, je suis contrainte d’annuler mon concert (…) suite à un claquage des cordes vocales je suis dans l’impossibilité de chanter ni même de parler ».

Rendez-vous en kiosques pour lire l'intégralité du récit de Vitaa.