Yvelines : des tags homophobes découverts à Verneuil-sur-Seine

VOLTAGE
L'acte intervient à quelques jours de la marche des fiertés organisée samedi à Paris.
Crédit: DR

24 juin 2021 à 2h30 par Jérome Pasanau

Un mois après son inauguration, le passage piéton arc-en-ciel installé à Verneuil-sur-Seine a été dégradé. Des tags homophobes ont été inscrits dans la nuit du mardi au mercredi 23 juin. La mairie a déposé plainte.

L’installation du passage piéton arc-en-ciel de la ville de Verneuil-sur-Seine n’aura tenu que 36 jours. Installé le 17 mai dernier pour la journée internationale de lutte contre l’homophobie, la transphobie et la biphobie, le passage piéton a été dégradé dans la nuit de mardi à mercredi. Un acte « dégueulasse » a réagit le maire de la ville Fabien Aufrechter. Outré par ces dégradations, il a déposé plainte.


Alors que le passage piéton sera nettoyé jeudi, l’élu constate amèrement qu’ « un très gros travail reste à faire en matière de lutte contre les discriminations. » Il rappelle aussi que « l’homophobie n’est pas une opinion, mais un délit, puni d’un an d’emprisonnement et de 45 000 euros d’amende, en ce qui concerne les injures publiques à caractère homophobe ». En tout cas, « cela ne nous empêchera pas de renforcer nos actions en matière de lutte contre les discriminations LGBT, bien au contraire » conclu le maire.



L’acte intervient à quelques jours de la marche des fiertés organisée samedi à Paris. Mais également pleine polémique sur le refus de l’UEFA d’illuminer le stade de Munich aux couleurs arc-en-ciel en signe de protestation contre la politique hongroise. La Hongrie a voté le 15 juin dernier une loi interdisant la « promotion » de l’homosexualité ou du changement de sexe auprès des mineurs.


Parmi les mesures annoncées, la création d’une base de données des personnes condamnées, accessibles au public, ou encore leur bannissement de certaines professions. Dans le texte législatif consulté par l’AFP, il est écrit que « la pornographie et les contenus qui représentent la sexualité ou promeuvent la déviation de l’identité de genre, le changement de sexe et l’homosexualité ne doivent pas être accessibles aux moins de 18 ans�9, ce dans le but de protéger les droits des enfants�9 ». « Ce texte va à l’encontre de toutes les valeurs fondamentales de l’UE : la dignité humaine, l’égalité et les droits de l’Homme fondamentaux. Nous ne transigerons pas sur ces principes » a averti Ursula von der Leyen mercredi, alors qu’une déclaration soutenue à l’heure actuelle par 15 Etats membres a appelé la Commission à agir.