Élection partielle à Trappes : nouveau recours devant la justice

Élection partielle à Trappes : nouveau recours devant la justice
Ali Rabeh a été élu dès le premier tour avec 58,36% des voix.
Crédit: Facebook / @ali.rabeh.54

19 octobre 2021 à 10h54 par Michaël Livret avec AFP

Le feuilleton électoral n’est pas terminé dans la commune des Yvelines. L’opposant au maire, réélu début octobre, vient de saisir la justice pour faire invalider le scrutin, déjà annulé une première fois en 2020.

Mauvais joueur ? Le candidat malheureux à l'élection partielle pour la mairie de Trappes (Yvelines), Othman Nasrou, un proche de Valérie Pécresse (LR/Libres!), a déposé un recours demandant son annulation, a appris l’AFP auprès du tribunal administratif de Versailles, confirmant une information du Monde.

Dans ce type de contentieux électoral, les délais sont contraints et le tribunal devra rendre sa décision sous deux mois, a-t-il précisé à l'AFP.

Un scrutin annulé une première fois

Le 10 octobre, Ali Rabeh (Génération.s) avait obtenu 58,36% des voix dès le premier tour de l'élection partielle de Trappes organisée après l'annulation du scrutin de 2020. Son opposant avait pourtant reconnu le soir même la victoire du maire sortant : "Ce soir, les Trappistes ont choisi de réélire Ali Rabeh".

L'élection d'Ali Rabeh à 161 voix près en 2020 avait été annulée par la justice (le tribunal administratif puis le Conseil d'Etat), qui lui reprochait d'avoir distribué, en pleine pandémie, 15.000 masques accompagnés pour certains de sa photo, sans que cette action n'ait été déclarée dans ses comptes de campagne.

Accusations de clientélisme, menaces, intimidations et pressions avaient rythmé la campagne de l’élection partielle dans cette commune populaire de 32.000 habitants marquée par les départs de dizaines de jeunes pour le jihad en Syrie.