Essonne : des soupçons de viols à CentraleSupélec

CentraleSupélec
CentraleSupélec
Crédit: Kevin Belbéoc'h

8 octobre 2021 à 10h35 par Mikael Livret

Une enquête a été ouverte par le parquet d’Evry après des signalements de viols dans la prestigieuse école d’ingénieurs. Les agresseurs seraient d’autres élèves de l’établissement.

Une enquête anonyme. Menée auprès de 2 386 élèves, cette étude diligentée par la direction à la demande de l’association de lutte contre le sexisme « Çapèse », a mis « en évidence des situations de violences sexistes et sexuelles particulièrement préoccupantes », selon CentraleSupélec dans un communiqué.

Dans cette enquête, 51 femmes et 23 hommes ont déclaré avoir été victimes de harcèlement sexuel lors de l’année universitaire 2020-2021, 46 femmes et 25 hommes d’agression sexuelle et 20 femmes et 8 hommes de viol.

Des faits suffisamment graves et nombreux pour motiver l’ouverture d’une enquête préliminaire, selon le parquet d’Évry. Les investigations aux enquêteurs spécialisés de la brigade de recherches de Palaiseau, a précisé le ministère public.

« Tolérance zéro »

Parmi les étudiants ayant déclaré avoir subi l’une de ces violences, « près de 9 sur 10 ont indiqué que leur agresseur serait un autre élève et que les faits se seraient déroulés dans un contexte associatif ou au sein de la résidence étudiante », a précisé Supélec.

« Les résultats de cette enquête nous ont sidérés », a déclaré Romain Soubeyran le directeur de l’école, cité dans le communiqué. « Si nous sommes engagés de longue date dans la lutte contre les violences sexistes et sexuelles, nous étions loin d’en prendre l’exacte mesure », a-t-il ajouté.

Jeudi soir, la ministre de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation, Frédérique Vidal, a condamné ces révélations, déplorant des « situations intolérables ». « Tolérance zéro », a-t-elle écrit sur Twitter.

I