La piste criminelle désormais envisagée dans la mort d’Antoine Seguin

Mort d'Antoine Seguin : la piste criminelle envisagée
L'autopsie confirme la présence de traces de strangulation sur le cou de la victime.
Crédit: DR

16 novembre 2021 à 14h26 par Lucas Pierre

La piste criminelle est désormais envisagée après la mort d’Antoine Seguin, président du club de judo de Suresnes (Hauts-de-Seine), retrouvé pendu à la fin du mois d’octobre dans une forêt des Yvelines. L’autopsie confirme la présence de traces de strangulation au niveau du cou. Pour le moment, personne n’a été interpellé.

Que s’est-il passé dans la forêt de Sainte-Apolline fin octobre ? Plusieurs semaines après avoir retrouvé le corps d’Antoine Seguin, l’enquête prend une nouvelle direction. La piste criminelle est désormais envisagée par les enquêteurs. Le judoka, président du club de Suresnes (Hauts-de-Seine), avait disparu le 30 octobre dernier avant d’être retrouvé pendu dans la forêt aux alentours de Plaisir, dans les Yvelines.

Dans un premier temps, c’est la piste du suicide qui est privilégiée par les enquêteurs. Mais le corps d’Antoine Seguin est ensuite transféré dans les Hauts-de-Seine pour être autopsié et finalement en venir à la conclusion qu’il n’est pas mort par pendaison. Le corps de la victime présentait des traces de strangulation et des ecchymoses au niveau du cou – ce qui impliquerait donc l’intervention d’un autre individu.

Selon plusieurs médias, la cause du décès pourrait être liée à un jeu sexuel ayant mal tourné. Personne n’a, pour le moment, été interpellé.