Covid : les tests salivaires à l'école payants pour les enseignants

VOLTAGE
Le ministère de l'Éducation nationale assure simplement appliquer le code de la Sécurité sociale.
Crédit: CC0

18 mars 2021 à 11h31 par Lucas Pierre

C'est l'une des armes défendues par le gouvernement pour endiguer la propagation du coronavirus dans les écoles. Mais si le dépistage par test salivaire reste gratuit pour les enfants, les enseignants, eux, devront payer pour se faire tester sur leur lieu de travail. Un euro symbolique qui fait grincer des dents le Snuipp-FSU du 77.

Ils étaient très attendus pour affiner la lutte contre l’épidémie. Le gouvernement a mis à disposition des tests salivaires, dans les écoles, depuis le retour des vacances d’hiver. Très intéressants pour tester massivement les enfants dans les écoles car moins invasifs que les écouvillons (tests PCR/antigéniques), ils sont gratuits pour… presque tout le monde.

Les tests salivaires sont bel et bien gratuits pour les mineurs. C’est ce que précise Thierry Grignon, co-secrétaire départemental pour la Seine-et-Marne du syndicat enseignant Snuipp-FSU auprès de Voltage : « les tests salivaires sont gratuits pour les élèves mineurs ». Mais qu’en est-t-il des majeurs ? Thierry Grignon explique : « quand il y a des tests salivaires organisés sur le lieu de travail, il y a un reste à charge pour les adultes, pour les salariés, d’un euro. »

Écouter le podcast

Une valeur symbolique forte

Un détail qui n’en est pas vraiment un pour le co-secrétaire départemental de la Seine-et-Marne, puisque « sur votre lieu de travail, on vous incite à effectuer ces tests salivaires. Si vous étiez amené à faire un test PCR dans un autre lieu, il serait pris en charge de façon totale, quand il est fait sur votre lieu de travail, on vous demande une prise en charge d’un euro. On pourrait dire, un euro, c’est rien du tout. Mais sur la symbolique, c’est fort. »

Du côté du ministère de l’Éducation nationale, on affirme qu’il s’agit simplement de respecter le code de la Sécurité sociale selon lequel tout acte de biologie médicale est soumis au prélèvement d’un euro pour les assurés de plus de 18 ans.

I