Info locale

D’ici 10 ans, le périphérique parisien va être métamorphosé

28 mai 2019 à 14h14 Par Virgil Bauchaud
Crédit photo : Wikipédia

Le quotidien pourrait changer pour les 1,2 millions d’automobilistes qui l’empruntent et les 400.000 Franciliens qui vivent aux abords. Ce mardi, un rapport pour changer le périphérique a été rendu à la Mairie de Paris.

L’abaissement de la vitesse à 70 km/h n’était qu’une première étape. Ce mardi, un rapport a été rendu à la Mairie de Paris pour transformer le périphérique. Ainsi, 40 mesures ont été listées, « unanimement soutenues » par la Ville. D’ici l’année prochaine déjà, une étude devrait être lancée pour en savoir plus sur les déplacements des usagers de l’axe. Le rapport met aussi en avant la volonté d’un « dialogue entre Paris et les communes limitrophes », avec la création d’une commission.

Les mesures plus visibles par les automobilistes arriveront d’ici 2024. La vitesse devrait rapidement être limitée à 50 km/h. Une voie sera aussi réservée aux transports en commun (navettes autonomes, covoiturage, véhicules propres et secours). Le rapport préconise aussi d’interdire le périph’ aux poids-lourds en transit, mais aussi de poursuivre l’installation de revêtements anti-bruits.

La banlieue est aussi concernée

Et les mesures pourraient ne pas se limiter à l’axe qui entoure la capitale. L’une d’elles recommande de réduire la vitesse sur les autoroutes et voies rapides à l’intérieur de l’A86 : « les tronçons de l’A1, l’A103, l’A4, l’A6, l’A13 et l’A14 qui sont entre l’A86 et Paris doivent passer à 70 km/h », selon le rapport. Une décision qui revient toutefois à l’État.

Enfin à l’horizon 2030, le nombre de voies pourrait passer à 3, là où il y en a 4 ou 5. La voie sacrifiée serait alors remise en terre si possible. Dans les parois, le terre-plein ou les murs seraient végétalisés.