Evacuation d’un camp de migrants à Saint-Denis : une plainte déposée pour violences policières

VOLTAGE
Un jeune migrant dénonce les vioences subies après l'évacuation du camp de Saint-Denis.
Crédit: Commons Wikimedia

3 décembre 2020 à 17h35 par Bertrand Loppin

Le 17 novembre dernier, les forces de l'ordre procédaient à l'évacuation dÈun immense camp de migrants installés à Saint-Denis. Un demandeur dÈasile afghan vient de porter plainte devant l'IGPN pour violences policières.

Les faits remontent à un peu plus de 15 jours. Le 17 novembre dernier, un campement de migrants situé sur la commune de Saint-Denis était démantelé. L’opération a mobilisé de nombreuses forces de l’ordre, il s’agit d’évacuer un très grand nombre de migrants. Mais, selon de nombreuses associations d‘aides aux migrants sur place, il semblerait que les moyens prévus pour fournir une solution d‘hébergement provisoire aux personnes évacuées soient insuffisants. De nombreux migrants se retrouvent alors à la rue et sont poursuivis par les forces de l’ordre qui tentent de les disperser et e les repousser vers Paris, après plusieurs charges et jets de gaz lacrymogène.


 


C’est au cours de cette opération qu’un demandeur d‘asile afghan rapporte avoir été victime de violences policières. Ce dernier a porté plainte devant l’IGPN. Il explique avoir reçu sans aucune raison un coup de pied dans le dos de la part d‘un premier policier. Un autre lui a porté deux coups de matraque sur le flanc gauche et un coup de matraque sur le poignet gauche. Une vidéo tournée après les faits a été versée au dossier. Dessus, on y découvre ce jeune demandeur d‘asile âgé de 22 ans repoussé par des policiers. Il s'accroupit, au bord des larmes, en se tenant le poignet gauche, tandis qu'une personne lui dit : «Viens, sinon ils vont te frapper à nouveau».