Festival de Cannes : tout sur la 74e édition qui ouvre aujourd’hui

VOLTAGE
Le président du jury de cette 74e édition du festival de Cannes, Spike Lee, est le premier artiste n
Crédit: Festival de Cannes

6 juillet 2021 à 8h15 par Iris Mazzacurati

Après l'annulation en 2020 pour cause de Covid, le Festival de Cannes revient mardi 6 juillet, avec des stars autorisées à tomber le masque sur les marches et la projection d'"Annette" de Leos Carax, cinéaste aussi culte que rare.

Les membres du jury, qui sont arrivés à Cannes et se sont réunis hier soir autour d'un premier dîner, donneront dans l'après-midi leur traditionnelle conférence de presse, avant d'entamer leur marathon cinéphile : 24 films en compétition officielle et des prix à remettre le 17 juillet.

Film d’ouverture :

ANNETTE, de Leos CARAX (France)

L’HISTOIRE DE MA FEMME, d’Ildikó ENYEDI (Hongrie)
BENEDETTA, de Paul VERHOEVEN (Pays-Bas)
BERGMAN ISLAND, de Mia HASEN-LØVE (France)
DRIVE MY CAR, de Ryusuke HAMAGUCHI (Japon)
FLAG DAY, de Sean PENN (États-Unis)
LE GENOU D’AHED, de Nadav LAPID (Israël)
HAUT ET FORT, de Nabil AYOUCH (Maroc)
COMPARTIMENT NO. 6, de Juho KUOSMANEN (Finlande)
JULIE (EN 12 CHAPITRES), de Joachim TRIER (Norvège)
LA FRACTURE, de Catherine CORSINI (France)
LES INTRANQUILLES, de Joachim LAFOSSE (Belgique)
LES OLYMPIADES, de Jacques AUDIARD (France)
LINGUI, LES LIENS SACRÉS, de Mahamat-Saleh HAROUN (Tchad)
MEMORIA, d’Apichatpong WEERASETHAKUL (Thaïlande)
NITRAM, de Justin KURZEL (Australie)
FRANCE, de Bruno DUMONT (France)
LA FIÈVRE DE PETROV, de Kirill SEREBRENNIKOV (Russie)
RED ROCKET, de Sean BAKER (États-Unis)
THE FRENCH DISPATCH, de Wes ANDERSON (États-Unis)
TITANE, de Julia DUCOURNAU (France)
TRE PIANI, de Nanni MORETTI (Italie)
TOUT S’EST BIEN PASSÉ, de François OZON (France)
UN HÉROS, d’Asghar FARHADI (Iran)


Film de clôture :

OSS 117 ALERTE ROUGE EN AFRIQUE NOIRE, de Nicolas BEDOS (France)

Le président du jury, Spike Lee, premier artiste noir à ce poste, en dira sans doute un peu plus sur la façon dont il compte tenir ce rôle. Cinéaste new-yorkais militant, engagé contre le racisme et pour la diversité, thème brûlant dans l'industrie du 7e art aujourd'hui, il avait été désigné dès l'an dernier, avant l'annulation.

L'entoure un jury à majorité féminine, dont la star de la chanson française Mylène Farmer, le réalisateur brésilien Kleber Mendonça Filho, ou l'acteur star du cinéma coréen Song Kang-ho.

Montées des marches, sans masque

Dès la fin d'après-midi, place au glamour et aux flashs sur le tapis rouge, déroulé quelques heures plus tôt. Si l'entrée du festival est soumise à la présentation d'un pass sanitaire, et le masque de rigueur même à l'extérieur, sur les marches, les équipes artistiques auront le droit de le retirer.

Les projecteurs se braqueront notamment sur l'actrice et réalisatrice américaine Jodie Foster, 58 ans, invitée d'honneur de la cérémonie d'ouverture et qui donnera le coup d'envoi du 74e festival. L'actrice aux deux Oscars, interprète de classiques tels que Taxi Driver (1976) ou Le Silence des agneaux (1991), doit se voir décerner une Palme d'Or d'honneur pour sa carrière.

Enfin, la projection d'Annette, qui sort simultanément dans les salles françaises, marquera le début de la compétition.

Tour à tour ténébreux et flamboyant, ce film écrit par les Sparks, groupe américain ayant toujours navigué entre underground et succès relatifs, raconte l’histoire de Henry (Adam Driver), un comédien de stand-up, et d’Ann (Marion Cotillard), une cantatrice de renommée internationale, dont le couple est bouleversé par la naissance d'une enfant très particulière.



(Avec AFP)

I