« I want to break free » : les détails de la fête qui a réuni 300 personnes à Paris

VOLTAGE
La soirée s'est déroulée près des anciennes voies ferrées dans le 13ème arrondissement de Paris
Crédit: pixabay

23 novembre 2020 à 13h10 par Maud Tambellini

Une fête clandestine a réuni environ 300 personnes dans le 13ème arrondissement à Paris samedi soir. L'invitation a été lancée sur Facebook alors que le confinement reste en vigueur en France face à l'épidémie de la covid-19.

S’agissait-il d’un achat de première nécessité ou d’un motif familial impérieux ? En cas de contrôle, il aurait été difficile pour ces fêtards de justifier leurs déplacements samedi soir à Paris.


L’invitation à la soirée « I want to break free » a été lancée il y a quelques jours sur Facebook. Le nom de la soirée est évocateur en plein confinement ; on pourrait le traduire par « je veux me libérer ».


Les coordonnées GPS de la soirée n’ont été communiquées que quelques heures avant l’événement pour passer sous les radars des autorités. C’est ainsi que 300 personnes ont réussi à faire la fête ce samedi soir à Paris dans un hangar du 13èmearrondissement.






D’après les quelques images disponibles et les témoignages qui ressortent dans la presse, le port du masque n’était pas vraiment respecté, ni même la distanciation physique. Pour l’heure, il n’y a eu aucune interpellation liée à cette fête. Mais les organisateurs, s’ils sont retrouvés, risquent jusqu’à 15 000 euros d’amende et un an de prison pour « mise en danger de la vie d’autrui ».