Info locale

La fronde anti-pesticide s’organise chez les Franciliens

11 septembre 2019 à 10h22 Par Mikaël Livret
Une mère de famille du Val-d'Oise s'est opposée aux agriculteurs de sa commune contre l'épandage dans les champs devant chez elle
Crédit photo : Common Wikimédia

Plusieurs communes et même un département de l’Île-de-France ont pris des arrêtés anti-glyphosate sur leurs territoires. Dans le Val-d’Oise, à Us en Vexin, Karine, une mère de famille, s’est mobilisée. Elle témoigne sur Voltage.

Le Val de Marne est le premier département de France à interdire l’usage du glyphosate sur ses terres. Plusieurs communes franciliennes* ont aussi signé une charte pour interdire l’épandage de produits chimiques à moins de 150 mètres d’habitations. C’est le cas par exemple de la commune de Us en Vexin (Val d’Oise). Malgré des discussions en amont entre agriculteurs et collectif de riverains, le débat a tourné court.

Karine, une maman de trois enfants en bas âge, habite en bordure de champ et fait partie du collectif de riverain qui a obtenu l’arrêté municipal. Écouter le podcast

Une prise de position qui n’a pas été accueillie à bras ouvert par tout le monde. Les agriculteurs ont été remontés contre elles. Au point de retrouver un cadavre de sanglier devant sa porte Écouter le podcast

Elle le confirme, si elle a décidé d’agir c’est qu’elle a peur… Écouter le podcast

Et concernant la question d’une limite minimale à respecter pour l’épandage de terres agricoles près d’habitations, le gouvernement a lancé lundi une consultation publique sur le web. Elle doit durer trois semaines, accessible depuis les sites des ministères de la transition écologique, de la santé et de l’agriculture.

* Savigny Le Temple (Seine-et-Marne), Le Perray en Yvelines (78), Morsang-sur-Orge (Essonne) ou Nanterre et Sceaux dans les Hauts-de-Seine.