Pantin et Aubervilliers ne veulent pas des toxicomanes des jardins d'Éole

VOLTAGE
Le préfet de Police de Paris a proposé d'installer les toxicomanes sur une place près de la porte de
Crédit: JOEL SAGET / AFP

5 juillet 2021 à 6h40 par Mikaël Livret

Le préfet de Police de Paris a proposé d'installer les toxicomanes sur une place près de la porte de la Villette, dans le Nord-Est de la capitale. La mairie de Paris n'y est pas favorable, tout comme les riverains.

Une pétition contre un centre d’accueil pour toxicomane dans le XIXe arrondissement. Des habitants de Pantin et Aubervilliers n’en veulent pas. Une petition en ligne avait déjà recueuillie près de 500 signatures, ce lundi 5 juillet au matin. Didier Lallement le préfet a proposé d’ouvrir un lieu de prise en charge près de la porte de la Villette, sur la place Auguste-Baron, située sous le périphérique, pour les toxicomanes chassés des jardins d’Éole.


La mairie de Paris, elle, assure de son côté avoir rejeté cette idée. « Pour nous, c’est une mauvaise solution, souligne la municipalité. Cela reviendrait à rouvrir un lieu de consommation à ciel ouvert, ce dont nous ne voulons pas.


En attendant une solution pérenne, le problème persiste dans le quartier Stalingrad où les toxicomanes sont livrés à eux-même dans la rue. Ils ont une nouvelle fois été la cible de tirs de mortiers, samedi, aux abords du jardin d’Éole