Commerçants, artisans, entrepreneurs, On est là pour vous → communiquez local - en savoir plus
Info locale

Rixe de Champigny-sur-Marne : cinq nouveaux adolescents interpellés

13 avril 2021 à 15h30 Par Iris Mazzacurati
Une rixe avait opposé début mars, des jeune du quartier des Mordacs et des Boullereaux, faisant deux blessés graves.
Crédit photo : CC BY Chabe01

Cinq jeunes ont été interpellés, mardi 13 avril dans la matinée, dans l'enquête portant sur une rixe entre deux bandes d'adolescents à Champigny-sur-Marne début mars, qui avait fait deux blessés graves.

Parmi les cinq Campinois interpellés, tous nés entre 2004 et 2007, l'un est soupçonné d'avoir porté des coups de couteaux, a précisé une source proche de l’enquête à l’AFP.

Dans cette enquête confiée à la Sûreté territoriale du Val-de-Marne, deux adolescents avaient déjà été mis en examen le mois dernier pour tentative de meurtre sur mineur de 15 ans et violences volontaires aggravées, puis placés sous contrôle judiciaire.

Le parquet de Créteil avait précisé que ces deux jeunes avaient participé à l'affrontement, mais n'étaient pas "nécessairement les auteurs des coups de couteaux".

Les réseaux sociaux, nouvelle caisse de résonance des rixes entre bandes

Début mars, deux groupes de jeunes originaires de deux quartiers de Champigny-sur-Marne, s'étaient affrontés en pleine rue à coups de couteaux et de poings.

Un jeune du quartier des Mordacs, âgé de 14 ans avait été grièvement blessé et s'était vu attribuer 21 jours d'incapacité temporaire de travail (ITT), un autre originaire des Boullereaux, âgé de 16 ans, a lui bénéficié de 45 jours d'ITT après avoir été placé dans un coma artificiel. Il a eu "une chance inouïe de s'en tirer", a commenté la source policière.

Le phénomène des rivalités entre bandes de jeunes, aux affrontements fréquents mais rarement mortels, a ressurgi dans l'actualité après le passage à tabac du jeune Yuriy à Paris en janvier, puis la mort en février dans l'Essonne de deux adolescents lors de deux rixes distinctes.

Dans la foulée de ces drames, le gouvernement a annoncé l'adoption d'un plan de lutte d'ici le 1er mai pour tenter d'endiguer ce phénomène pas nouveau, mais qui a trouvé une nouvelle caisse de résonance avec les réseaux sociaux.



(Avec AFP)