Musique

Taylor Swift refuse de répondre à la question sexiste d’un journaliste !

28 mai 2019 à 18h30 Par Aurélie Amcn
Crédit photo : Taylor Swift

Un journaliste ose poser une question sexiste à Taylor Swift. La chanteuse le recadre et refuse de lui répondre.

Taylor Swift est actuellement en pleine promotion de son nouveau single ME ! en duo Brendon Urie (Panic ! at the disco), le premier extrait de son prochain album studio. Après un passage par la France où elle a enflammé le plateau de The Voice avec les talents de Mika, Jenifer, Soprano et Julien Clerc, elle s’est rendue en Allemagne où elle a été interviewée par plusieurs journalistes au cours d’une conférence presse, comme le rapporte le site Entertainment Tonight.

Un journaliste de l’agence de presse Deutsche Press-Agentur a ainsi supposé que la chanteuse devrait songer à « se poser et fonder une famille » avec Joe Alwyn (son petit-ami depuis plus de deux ans, maintenant), car elle s’apprête à célébrer son 30ème anniversaire. Une question un brin sexiste et surtout déplacée à laquelle l’interprète de Bad Blood a refusé de répondre, non sans adresser une petite pique à son interlocuteur : « Je ne pense vraiment pas que vous auriez posé cette question à un homme sur le point de célébrer ses 30 ans. Donc, je ne vais pas répondre à cela ». Et toc !

Puis, en ignorant ledit journaliste, Taylor Swift a poursuivi : « Avoir 30 ans, c’est comme Mhh… J’entends les autres dire que avec la trentaine, on a moins de stress et d’anxiété que dans la vingtaine où on cherche plus à gagner de l’expérience, à essayer de nouvelles choses, à échouer et faire des erreurs. Toutefois, j’ai bien l’intention d’échouer avec la trentaine. Mais je m’attends aussi à ce que je me sente mieux avec moi-même ».

Et pour mieux appréhender cette nouvelle décennie, Taylor Swift a récemment confié à nos confrères de ELLE USA les « 30 choses que j’ai apprises avant mes 30 ans », notamment le fait que sexisme est plus présent dans cette tranche d’âge : « La société envoie constamment ce message aux femmes, que les signes physiques du vieillissement était la pire chose qui pouvait nous arriver. Ces messages transmettent aux femmes jeunes que nous ne sommes pas autorisées à prendre l’âge. C’est une norme impossible à respecter ».