Commerçants, artisans, entrepreneurs locaux, communiquez local -> en savoir plus
Info locale

Une fichée S toujours en garde à vue après l’attentat de Magnanville

11 avril 2018 à 10h08 Par Mikaël Livret
Crédit photo : Commons wikimedia

Chez elle, les policiers ont retrouvé, lors d’une précédente perquisition, une clé USB. Apres décryptage il semblerait qu’elle contenait les noms de plus de 2.000 fonctionnaires de police.

Comment a-t-elle obtenu ces informations ? Le fil de l’enquête se précisent après l’interpellation lundi de 6 personnes dans le cadre de l’enquête sur l’attentat de Magnanville. Si le principal suspect est mort, reste à savoir pour les juges et les enquêteurs pourquoi le tueur a choisi de cibler le policier Jean-Baptiste Salvaing et sa compagne Jessica Schneider ce jour de juin 2016 ?

De nouveaux éléments apportent quelques réponses. Selon nos confrères du Point, parmi les six personnes placées en garde à vue lundi se trouve une jeune femme fichée S, «Mina B.», suspectée d’appartenir à la mouvance radicale.

Sa fille, radicalisée, est une amie de «Mina B.»

Lors d’une perquisition conduite en avril 2017, les policiers auraient découvert à son domicile une clé USB. Elle est remplie de documents sensibles dont entre autre une liste de 2.626 agents des forces de l’ordre. Toujours selon Le Point elle contiendrait les noms, matricules et affectations d’agents issus du renseignement intérieur.

Des données sensibles mais qui avaient été transmises à tous les services, syndicats compris lors d’une réunion en juin 2008. Et parmi les cinq autres personnes interpellées lundi figure une ex déléguée départementale du syndicat Alliance dans les Yvelines. Sa fille, radicalisée, est une amie de «Mina B.». Elle l’a hébergée chez elle en 2016, quelques semaines avant le double meurtre. Elle aurait pu, donc, à cette occasion entrer en possession de la clé USB en question. Selon Le Point, plusieurs sources au sein des services de renseignements estiment que la policière aurait transmis cette clé USB à sa fille, après en avoir effacé les données. Contacté par l’hebdomadaire, le parquet ne souhaite pas commenter pour le moment.