Commerçants, artisans, entrepreneurs, On est là pour vous → communiquez local - en savoir plus
Je veux aider

Urban Runners : « Transformer une activité individuelle en réussite collective »

03 mars 2020 à 09h00 Par Iris Mazzacurati
Courir en groupe pour ne plus voir la course comme une activité physique en soi...
Crédit photo : Pixabay

30 minutes par jour, 150 minutes de sport par semaine : il faut au moins ça, selon l’OMS (organisation mondiale de la santé), pour se maintenir en bonne santé. Facile à dire, pas toujours facile à faire. Heureusement, l’association Urban Runners est là pour nous aider.

Quand on court seul, on s’ennuie vite, surtout quand on débute... Et ça, Urban Runners le sait. Raison pour laquelle l’association organise des sessions conviviales, libres et gratuites pour lutter contre la sédentarité, mais aussi faire de l’inclusion sociale en mettant en relation les gens pour qu’ils pratiquent une activité ensemble.

« L’idée, c’est de courir en groupe, pour voir des gens avec qui on parle, on échange et, au final, ne plus voir la course comme une activité physique en soi, explique Cédric Barreau, secrétaire nationale d’Urban Runners. C’est plus d’aller voir les copains et partager une même passion. »

200 à 300 personnes courent partout en France, chaque semaine. Tous les niveaux, toutes les motivations sont les bienvenus.

Les sessions vont du débutant à l’expert. Mais la séance la plus pratiquée est menée sur une distance de 8 à 10 km, au rythme de 9 km/heure. Et aujourd’hui, Urban Runners cherche à mettre en place des sessions débutantes (où la vitesse est de 8 Km/h sur 7 km) dans toutes les villes. Car chaque point de rendez-vous a sa spécificité : à Bordeaux, en ville, c’est plutôt du plat, à Pau ou à Clermont-Ferrand, on est davantage sur des courses natures, en montagne... Mais quel que soit le terrain, tout le monde partage le même esprit.

Leur plus grande fierté ? Lorsqu’une personne débute en ayant du mal à boucler 7 km, et qui 6 mois après court 10 km puis, un an après, fait son premier semi-marathon...

Mais alors, quels sont les besoins de l’association ? Sa gratuité implique des bénévoles pour animer ses sessions : « Toute personne qui a envie de devenir bénévoles en animant des sorties, pour son plaisir et pour rencontrer des gens, découvrir une ville. Ce sont ces personnes-là qu’on recherche. Après, au niveau des dons, on refuse tout partenariat de marque... Parce que ça fait partie de notre éthique. Les gens qui courent avec nous ne viennent pas parce qu’on est Adidas ou Asics, ni parce qu’on leur donne des cadeaux ou qu’on leur fait tester des chaussures. Les gens viennent avec nous pour une ambiance, un plaisir, qu’ils n’ont pas ailleurs... »

Enfin, l’avantage d’Urban Runners est d’être national. Même si vous êtes en déplacement ou en vacances, il suffit d’aller sur le net, taper Urban runner et le nom de la ville. Vous pourrez aller courir avec les gens de la région. Vous pouvez aussi laisser un message sur Facebook en disant : « Je suis de passage dans le coin, qui vient courir avec moi ? »

Et bien voilà. Y a plus qu’à...

Retrouvez cette séquence en podcast